Cameroun: Olympisme - Une Camerounaise au CIO

Odette Assembe Engoulou est devenue mercredi 26 juin 2019 la première femme et le troisième membre camerounais de l'instance olympique mondiale.

Après le Pr. René Essomba et Issa Hayatou, le Cameroun va intégrer le cercle prestigieux des membres du Comité international olympique (CIO). Mercredi, 26 juin 2019 à Lausanne en Suisse, Odette Assembe Engoulou est devenue membre de l'instance olympique mondiale. La présidente de la Fédération camerounaise de badminton, par ailleurs vice-présidente du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc) et membre de la Confédération africaine de badminton a été élue par 53 pour sur 63. Agée de 59 ans, cette passionnée de sport intègre le cénacle de la famille olympique mondiale en l'absence des représentants de la FIFA et de l'IAAF, non représentés depuis 2015. Elle fait partie des 10 nouveaux membres du CIO.

Mère d'un enfant, Odette Assembe Engoulou traîne une forte expérience sur le plan continental. Outre les responsabilités citées plus haut, elle est depuis 2017 présidente du Comité des femmes de l'association de badminton pour les pays francophones. Depuis la même année, elle occupe le poste de vice-président de la Confédération africaine de badminton en charge de la zone 3 et présidente de la Commission juridique et d'éthique de la Confédération africaine de badminton. En 2018, elle fait son entrée comme membre de la Commission des femmes de l'Association des Comités Nationaux Olympiques d'Afrique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.