Sénégal: El Hadj Hamidou Kassé, ex-ministre-conseiller chargé de la communication du palais, après son audition - «Je n'ai jamais eu à enfoncer qui que ce soit, à fortiori Aliou Sall»

L'ancien ministre-conseiller en charge de la communication du Président Macky Sall, El Hadj Hamidou Kassé, a indiqué n'avoir «jamais eu à enfoncer qui que ce soit, à fortiori Aliou Sall». S'exprimant hier, mercredi 26 juin à l'issue de son audition par les enquêteurs de la Brigade des affaires générales de la Division des investigations criminelles dans le cadre de l'affaire de corruption supposée sur les contrats pétroliers et gaziers signés entre l'Etat du Sénégal et la société Petro-Tim de Frank Timis, El Hadj Hamidou Kassé a par ailleurs affirmé qu'il va poursuivre son combat pour «la justice, l'égalité et pour la vérité»

Le ballet des personnalités , « spécialistes du pétrole» pour reprendre les propos du procureur de la République, à la Brigade des affaires générales dans le cadre de l'enquête ouverte par la Division des investigations criminelles (Dic) concernant l'affaire de corruption supposée sur les contrats pétroliers et gaziers signés entre l'Etat du Sénégal et la société Petro-Tim de Frank Timis continue. Hier, mercredi 26 juin, c'était au tour de l'ancien ministre-conseiller chargé de la communication du Président Macky Sall, El Hadj Hamidou Kassé.

Plongé dans un mutisme total depuis sa controversée sortie sur le plateau de la Tv5, la semaine dernière, où il affirmait dans le cadre de cette affaire de corruption supposée sur les contrats pétroliers et gaziers qu'Aliou Sall a bien reçu la somme de 250 000 dollars (146 millions Fcfa) de Timis Corporation, El Hadj Hamidou Kassé a été entendu pendant plusieurs heures par les enquêteurs de la Brigade des affaires générales de la Division des investigations criminelles.

Interpellé par un groupe de journalistes qui faisaient le pied de grue devant ce lieu devenu le point d'attraction depuis le démarrage de ces auditions, le désormais ex-ministre patron de la communication du Président Macky Sall a profité de cette occasion pour bien se défendre. «Je n'ai jamais eu à enfoncer qui que ce soit, à fortiori Aliou Sall», a-t-il martelé avant de faire remarquer dans la foulé «on verra bien la vérité. En attendant, il faut que la sérénité revienne dans ce pays parce que si ça se casse, ça se cassera pour tout le monde».

Auparavant, revenant sur les conditions dans lesquelles s'est déroulée son audition, El Hadj Hamidou Kassé qui a été, rappelons-le, déchargé de ses fonctions de ministre conseiller en communication à la présidence de la République pour être désormais chargé de la Culture, a dit avoir «rencontré des enquêteurs extrêmement courtois». «Je ne peux pas entrer dans les détails mais je dois juste dire que j'ai rencontré des gens extrêmement courtois qui m'ont posé des questions et j'ai répondu».

Poursuivant son propos, le responsable du parti au pouvoir, l'Alliance pour la République, de réaffirmer dans la foulée son engagement pour la justice. «Je dois aussi dire à tous les amis, parents et tous mes camarades de l'Apr que je suis toujours sur les mêmes positions de combat. Parce que toute ma vie a été un combat, je continue ce pour la justice, l'égalité et pour la vérité».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.