Maroc: «Le modèle d'exportation à l'horizon 2025 - Transformation structurelle, diversification et innovation» retenu comme thème de la 23ème Rencontre du CMC

Habib El Malki : "Un modèle de développement orienté vers l'export s'impose comme l'alternative la plus adoptée au nouveau contexte d'ouverture et de globalisation des économies"

Comme à l'accoutumée, le Centre marocain de conjoncture (CMC) a proposé un nouveau débat approfondi sur une question d'actualité, mercredi 26 à Casablanca.

L'Observatoire privé et indépendant de l'économie marocaine a choisi, cette fois-ci, de braquer ses projecteurs sur la stratégie d'exportation à moyen-long terme au Maroc, à travers le thème du jour : « Le modèle d'exportation à l'horizon 2025 : transformation structurelle, diversification et innovation ».

La réflexion concernant cette problématique n'est pas nouvelle, a d'emblée indiqué son président, Habib El Malki, notant qu'elle constitue même un axe principal de sa contribution au débat économique national depuis plusieurs années. Et de rappeler la publication de plusieurs communications et études concentrées au commerce extérieur et aux accords de libre-échange.

Pour le président du CMC, les analyses et réflexions menées au fil des années par le Centre marocain de conjoncture ont abouti à un constat, actuellement longuement partagé aussi bien par les décideurs publics que les opérateurs économiques, particulièrement du privé : «Le modèle de croissance actuel, qui est centré sur la demande intérieure, a fini par montrer ses limites intrinsèques ».

Un exemple qui traduit ce constat : «Depuis une dizaine d'années, le taux de croissance au Maroc évolue autour de la moyenne de 3,5% par an », a-t-il souligné.

Insistant sur l'épuisement graduel du potentiel de croissance, Habib El Malki a également attiré l'attention des participants sur le fait que « le marché intérieur est relativement exigu, il est étroit aussi bien par sa taille que par son pouvoir d'achat ». Ce qui, à l'entendre, devrait inciter à une révision des options stratégiques présidant au modèle de développement dans sa globalité.

Ainsi, « un modèle de développement orienté vers l'export s'impose comme l'alternative la plus adoptée au nouveau contexte d'ouverture et de globalisation des économies », a-t-il soutenu. Ce, avec toutes ses implications quant aux priorités en matière de politique économique et aux déterminants relatifs au positionnement à l'international.

Dans ce cas, comment pourrait-on rattraper le retard et faire de l'économie marocaine une économie fortement exportatrice, c'est-à-dire une économie compétitive ?

« Nous pensons au niveau du Centre que le concept de transformation structurelle représente une véritable boîte à outils », a indiqué le fondateur du CMC, notant que ce concept implique la réalisation d'une économie par la diversification productive. Entendu : la modernisation de l'économie et l'amélioration des infrastructures.

Pour toutes ces raisons, la voie devant conduire à un nouveau modèle implique l'engagement de l'économie marocaine, plus que par le passé, dans un effort global d'industrialisation. « Sans industrialisation, il ne pourra y avoir une véritable force de frappe exportatrice. Ceci est largement confirmé par le niveau stationnaire de la part de l'industrie dans le PIB où il évolue aux alentours de 14%. C'est un taux qui reste relativement faible ».

Par contre, le secteur des services et activités assimilées représente plus de la moitié de la valeur ajoutée. Dans tous les cas, la somme de ces taux tend à expliquer largement pourquoi la productivité au Maroc reste relativement faible et le système productif limité.

Mais au-delà de ce constat, qui semble très réaliste et objectif, « il semble que le Plan d'accélération industrielle (PAI), engagé ces dernières années, a donné des résultats probants que nous considérons comme encourageants, particulièrement dans les secteurs porteurs de nouvelles dynamiques », a admis Habib El Malki.

Il a estimé que « l'évolution de ce plan montre la voie à suivre pour la restructuration de l'économie et la diversification des produits et des marchés ».

Poursuivant ses analyses, Habib El Malki a également indiqué que la transformation industrielle et structurelle est intimement liée à l'industrialisation et que c'est la condition indispensable au développement des débouchés à l'extérieur.

« Sans cette mise en relation entre la transformation structurelle via l'industrialisation, il serait extrêmement difficile de faire de notre économie, une économie largement exportatrice. Parce que les contraintes de la globalisation imposent non seulement l'ouverture mais aussi la compétitivité », a-t-il conclu.

A noter que plusieurs intervenants ont apporté leurs contributions sur le thème du jour lors de cette journée. Ils représentaient la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), l'Association marocaine des exportateurs (ASMEX), le Haut-commissariat au plan (HCP), la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), l'Office des changes, le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS) ainsi que des entreprises qui ont partagé leurs succes story à l'instar de l'OCP et SOMACA.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Innovation

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.