Cote d'Ivoire/Maroc: Le match - Des débuts promoteurs et des réglages à faire

L a Côte d'Ivoire est entrée de bon pied dans sa campagne. Pour son premier match de la 32ème CAN, la sélection ivoirienne, grâce à Jonathan Kodjia (63e) a signé un succès probant, lundi face à l'Afrique du Sud (1-0), au stade Al Salam du Caire.

Lancé parfaitement par MaxAlain Gradel, l'attaquant d'Aston Villa permet aux Eléphants de rejoindre en tête du classement du groupe D le Maroc, vainqueur de la Namibie (1-0), 24 heures plus tôt. Face à une équipe sud-africaine un peu trop respectueuse, les Pachydermes réalisent la plus belle entame de compétition.

Ce qui n'est pas arrivé depuis Afrique du Sud 2013. Ce 24 juin, dans une enceinte creuse du stade Al Salam (vide aux trois quarts), Ibrahim Kamara et ses hommes ont lavé ainsi un affront, vieux de 16 ans.

Une gifle administrée par les Bafana Bafana, un soir de 22 juin 2003, qui a privé les Eléphants de la CAN 2004. Mais cette fois-ci, en rendant aux Sud-Africains la monnaie de leur pièce, la Côte d'Ivoire se met en position de toucher les huitièmes de la compétition même si la prestation des coéquipiers du capitaine Serge Aurier semble moins convaincante.

Brouillons par moments, les Eléphants ont tout simplement fait preuve d'efficacité pour inscrire ce précieux but. En tout cas, pour une compétition comme celle-ci, l'essentiel est fait. Empocher des points dès l'entame pour ne pas se mettre la pression.

Et ça, ils l'ont réussi. Une arrière-garde presque irréprochable Conduite par le capitaine d'équipe, la défense a été présente dans cette première sortie au Caire. Désigné même homme du match, le défenseur de Tottenham s'est plus concentré sur les taches défensives.

Avec un garçon comme Lebo Mothiba constamment dans le dos, Aurier ne pouvait s'offrir mes déboulés dont il a le secret. A l'arrivée, son apport offensif est anecdotique. En digne représentant du football local, Wonlo Coulibaly a une fois de plus justifié la confiance placée en lui par le sélectionneur.

Le latéral de 27 ans de l'Asec Mimosas a joué juste. Très appliqué dans l'exécution des tâches à lui assigner, il n'a pas échappé aux semelles des attaquants sud-africains. C'est le cas de la charge de Mothiba. Une belle béquille qui lui a valu son remplacement dans les cinq dernières minutes.

Malgré ce traitement de choc, Wonlo Coulibaly ne s'est pas empêché d'enclencher l'action du but en servant idéalement sur la ligne Gradel. Pour sa première CAN, on peut dire qu'il a confirmé les attentes. Reste donc à savoir s'il pourra venir sa place après le mauvais traitement du lundi dernier.

Avec lui, Wilfried Kanon a sorti son épingle du jeu. Le défenseur d'Ado La Haye, avec un meilleur placement et une belle lecture du jeu, a été précieux dans une défense qui a failli se laisser surprendre sur une tête du capitaine des Bafana Bafana, Thulani Hlatshwayo (26e). Mais ce n'est que pratiquement que la seule occasion dangereuse sud-africaine.

Que dire donc d'Ismaël Abdoul Rahman Rock Traoré. Oui Rock a été un véritable roc pour l'équipe ivoirienne. Six ans après avoir participé à la campagne sud-africaine en 2013 et profitant de l'absence d'Eric Bailly, le défenseur d'Angers a montré qu'il demeure une valeur sûre.

Très sobre, concentré, alerte, au physique impressionnant, Traoré a démontré que son sélectionneur peut compter sur lui pour la suite. Dans cette arrière-garde, Sylvain Gbohouo constitue le maillon faible. Alors qu'il ne le faut pas. Le portier du TP Mazembe n'arrive toujours pas à vaincre ses propres peurs.

Et son habituelle hésitation a failli coûter chère à l'équipe. Sinon sur l'ensemble de la partie, il a connu une soirée paisible. Mais il gagnerait à faire plus preuve d'autorité dans les sorties. Seri-Serey-Kessié, un milieu et des questions A côté de Gbohouo, le milieu ivoirien est passé complètement à côté de la plaque.

Au point où des questions subsistent sur le futur de Seri JeanMichaël, Serey Dié et Kessié Franck. Le milieu de Fulham aura été la plus grosse déception de cette première sortie ivoirienne en terre égyptienne. Incapable de répondre au défi physique, et de transmettre une balle normalement, Seri a traversé la partie comme il l'a fait à sa sortie dans la zone mixte. Quasi-inexistant, il a logiquement été remplacé à la 69e par Wilfried Zaha. Une sortie jugée tardive d'ailleurs tellement le numéro 10 a été transparent.

Au point où même une solution avec Jean-Philippe Gbamin est même souhaitée. S'il continue à mériter de la confiance de son sélectionneur, ses prestations sont toujours sujettes à discussion. Depuis son passage dans la cour des grands, le milieu du Milan AC peine à se faire une identité.

Alors qu'il semble incontournable en club avec des prestations XXXL, l'ancien capitaine des U17 et U20 laisse transparaître des doutes sur son engagement avec les Eléphants. Maintenant, il lui revient de faire démentir tous ceux qui pensent qu'il ferait un bon remplaçant à Sangaré Ibrahim. Lui, ce n'est pas l'engagement qui lui manque.

Encore moins la volonté. En plus de l'âge qui est devenu son ennemi, il doit lutter contre les insuffisances de ses coéquipiers de l'entrejeu. Et à force de courir dans tous les sens, il perd forcément sa lucidité. Serey Dié reste, tout de même, toujours utile. Et il doit doser ses efforts. Mais pour cela, il faut que ses compagnons du milieu de terrain jouent pleinement leur partition.

Une attaque tout de même rassurante L'attaque de Kamara face à l'Afrique du Sud mérite une belle note tout comme la défense. Passeur décisif sur l'unique réalisation du match, Max Gradel a usé de son expérience pour couvrir sa petite prestation. Ce lundi 24 juin, le capitaine de Toulouse n'a pas osé dans percussion comme il sait bien le faire. Peut-être l'effet de la forte chaleur.

Mais pour ce dont il est capable de donner en terme d'engagement, de combativité, avec sa bonne dose de technicité, il n'y a vraiment pas de doute à avoir. Il aurait connu un sort différent si la partie s'était soldée sur un score de parité. Car Jonathan Kodjia a eu la plus nette occasion de but du match. Profitant d'une mauvaise appréciation de la défense adverse, l'attaquant d'Aston Villa se présente seul face à Ronwen Williams.

Mais au lieu de choisir la finesse, il a opté pour une lourde frappe en plein axe. Un duel loupé face au portier sud-africain qui a hanté les esprits jusqu'à la délivrance de la 64ème. Un but qui vient récompenser la combativité de son auteur. Utilisé en pointe et en point de fixation, Kodjia s'est retrouvé parfois esseulé et sevré de ballons.

Une faille que le sélectionneur devrait réparer avec de croiser le fer avec le Maroc. Mais sur le plan personnel, le buteur des Lions a fait le plein de confiance et prend ainsi une ascendance psychologique sur son concurrent au poste, Wilfried Bony.

Avec un pied gauche exceptionnel, Nicolas Pépé est passé à côté de ses deux premiers buts en phase finale de la CAN. Successivement la barre et le portier sud-africain lui ont fait échec. Mais cela ne saurait éclipser sa belle prestation. Capable de perforer les défenses en venant de loin, il doit voir de bons relayeurs à ses côtés pour mieux s'exprimer.

D'où le réveil attendu de Seri, Kessié et autres. Si bien sûr ils doivent être encore de la partie. Sur l'ensemble du match, les hommes de Kamara ont produit une prestation moyenne.

Peut-être due à la forte canicule. Mais pour les ambitions de l'équipe, il faut se surpasser. Sinon ce qu'il a été donné de voir contre l'Afrique du Sud n'est pas de nature à rassurer avant le choc du groupe D contre le Maroc, le vendredi 28 juin prochain, sous le coup de 19 heures (17 heures TU).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.