Sénégal: Bilan annuel 2018 de la SODAV - 807 906 866 F CFA de droits collectés, 393 087 550 F CFA repartis

La Société sénégalaise du droit d'auteur et des droits voisins (Sodav) a tenu hier, jeudi 27 juin, son assemblée générale où il a présenté son rapport annuel de 2018. Ainsi, 807 906 866 F Cfa ont été encaissés avec des répartitions estimées à 393 087 550 F Cfa alors qu'en 2017, les droits collectés s'élevaient à 546 299 766 F Cfa. Toutefois, les créances s'élèvent à 734 604 409 F Cfa répartis entre les télévisons, les radios et les abonnés.

807 906 866 F Cfa de droits collectés en 2018, soit une hausse de 546 299 766 F Cfa par rapport à 2017, 393 087 550 F Cfa répartis. Ces chiffres sont du rapport annuel de la Société sénégalaise du droit d'auteur et des droits voisins (Sodav) qui a été présenté hier, jeudi 27 juin, à l'occasion de son assemblée générale. « Cette année encore comme l'année dernière, nous avons marché sur le droit chemin. Ce droit chemin, c'est la conformité avec les lois et règlements de ce pays en matière de gestion financière et de gouvernance des sociétés », a déclaré le directeur général de la Sodav, Aly Bathily. Pour les gestionnaires du droit d'auteur et des droits voisins, la hausse des droits collectés est entrainée par le « numérique qui, a aujourd'hui, pris le dessus sur l'analogique, dans le domaine de la vente et de la distribution de contenus musicaux et audiovisuels ».

734 604 409 F Cfa de créances clients

Même si les perceptions encaissées dépassent celles des années précédentes, la Sodav n'a pas encore récupéré tous ses droits. Pour cause, beaucoup d'usagers des œuvres artistiques n'ont pas encore payé les droits d'auteur. Les créances clients s'élèvent ainsi à 734 604 409 F Cfa, soit 127 223 838 pour les télévisions, 169 589 861 pour les radios et 437 790 710 pour les abonnés. Toutefois, la Sodav ne compte pas encore porter plainte. « Nous ne privilégions pas la démarche intempestive, on préfère négocier, dialoguer », dixit le directeur général de la Sodav. Mieux, dit-il, « au-delà de ça, s'il n'y a aucune solution, force restera à la loi car on a reçu un mandat que nous nous sommes jurés de conduire à bout et nous le ferons».

Par rapport au vent de fronde qui soufflait la semaine dernière à propos de la gestion de la Sodav, Aly Bathily tempère. « C'est vrai que des voix se sont élevées et face à ce groupuscule, je pense que la majorité des acteurs culturels et ils l'ont réitéré aujourd'hui (hier) devant cette assemblée générale en nous renouvelant leur confiance, est en phase avec nous », a-t-il fait savoir. Malgré tout, il avoue les reproches qui leur sont fait par rapport au « manque de communication ». « La communication effectivement, c'est quelque chose qu'on nous a beaucoup reproché. Mais je pense qu'à partir de l'exposé que vous avez vu, avec la stratégie digitale de la Sodav, beaucoup de choses pourront trouver une solution par rapport à notre déficit de communication », a soutenu Aly Bathily. Toutefois, il faut dire que la Sodav fait face à plusieurs contraintes. Il s'agit, selon les gestionnaires du droit voisin et des droits d'auteur, « d'une étroitesse des locaux », de « logistique », entre autres.

SUBVENTION D'UN MILLIARD DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A LA SODAV : 50 millions seulement reçus

« A ce jour, la Sodav n'a reçu de l'Etat qu'un acompte de 50 millions de F Cfa sur les 400 millions d'arriérés de droits, en provenance du ministère de l'Economie et des Finances via le ministère de la Culture pour le compte de la Sodav », a fait savoir le directeur de la Sodav, Aly Bathily. Il faut rappeler que le Chef de l'Etat avait alloué une subvention d'un milliard à la Sodav pour leur servir de « fonds de démarrage se ses activités en lui permettant d'effectuer des investissements ». En plus de cette subvention, une enveloppe supplémentaire de 400 millions a également été allouée par le Président aux « fins de rembourser les dettes de la RTS à hauteur de 200 millions et celle du Festival mondial des arts nègres de 2010 pour le même montant ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.