Afrique de l'Ouest: Situation humanitaire dans le Sahel - «4,2 millions de personnes, en situation de déplacement force»

Alerter sur la situation alarmante dans le Sahel, c'est l'objectif de la conférence de presse tenue hier, jeudi, par le Bureau pour la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies. Occasion pour les institutions partenaires d'appeler à l'assistance pour soutenir les populations cibles.

«En un an, environ un million de personnes ont dû fuir leur foyer en raison de l'insécurité et de la violence. Au Burkina Faso, au Mali, et dans l'ouest du Niger, le nombre de déplacés a quintuplé, et le bassin du Lac Tchad connait de nouvelles attaques et de nouveaux pics de déplacements » peut-on lire d'emblée dans le communiqué rendu public.

Selon le texte, à cause de l'escalade de la violence armée dans le Sahel, plus de 4,2 millions de personnes se retrouvent actuellement en situation de déplacement forcé. De plus, cette violence perturbe les moyens de substance et aggrave l'impact des vulnérabilités chroniques telles que l'insécurité alimentaire, la malnutrition et les épidémies. Qui plus est, à cause d'elle, plus de 4 000 écoles sont fermées ou ne fonctionnent pas et 5 millions d'enfants sont menacés de malnutritions. Abondant dans le même sens, Christ Nikoi, directeur régional du Programme alimentaire mondial (Pam) qualifie l'impact de la crise dans la région du Sahel de dramatique. « L'ampleur et l'intensité des violences ont laissé des communautés dans un état de dévastation indescriptible », déclare-t-il.

Poursuivant dans cette même logique, Liz Ahua, représentante régionale du Haut-commissariat pour les réfugiés (Hcr) soulignera que cette violence armée est synonyme de dénuement et de privation de la dignité des personnes affectées. Pour elle, au-delà de la réponse humanitaire, « le Sahel a besoin d'aide pour s'attaquer aux causes profondes des crises qui affectent la région. Il est crucial que le Sahel bénéficie d'investissements robustes dans les services publics, les infrastructures et le développement économique pour apporter des solutions durables à l'ensemble de la population».

C'est l'avis de Mamadou Diop, directeur régional d'Action contre la faim (ACF) : « nous avons besoin d'un financement flexible pour renforcer la résilience et s'atteler aux causes profondes des crises ». Pour conclure, la communauté humanitaire prévoit un financement total de 2,4 milliards de dollars pour porter assistance aux millions de personnes déplacés à travers le Sahel. « En juin, moins d'un quart des fonds avaient été reçus », précisent les organisations humanitaires.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.