Congo-Kinshasa: Gabriel Mokia visé par une enquête pour «violence corporelle»

1 Juillet 2019

C'est depuis le week-end passé que des images circulent dans les réseaux sociaux montrant l'ancien candidat à l'élection présidentielle de décembre 2018, Gabriel Mokia, en train de tabasser deux individus. Face à cette situation qui a suscité l'indignation des internautes, le Commissariat Provincial de Police Nationale Congolaise (PNC), ville de Kinshasa, envisage d'ouvrir une enquête pour établir la responsabilité ou pas de Gabriel Mokia, dans les actes de violence corporelle contre des individus accusés par lui.

Dans un communiqué, Sylvano Kasongo, commissaire provincial et commandant de la ville de Kinshasa, explique que les deux individus présentés dans la vidéo comme des policiers ne le sont pas. Selon lui, il s'agit plutôt des employés de la Société New Clean, tenue par une personne en conflit avec Gabriel Mokia à propos de la parcelle où les faits se sont produits.

Il a aussi précisé que le candidat malheureux à la présidentielle avait conduit personnellement ces deux individus à la police et porté plainte contre eux, bien qu'en ce moment-là, la police n'était pas informée des actes répréhensibles posés par Mokia contre les intéressés.

Les explications de Gabriel Mokia

Après l'annonce de l'ouverture d'une enquête à son sujet, Gabriel Mokia a indiqué dans une vidéo, également partagée largement dans les réseaux sociaux en fin de semaine, qu'il est en réalité victime de spoliation de sa parcelle et que les coups donnés aux deux individus n'étaient dans le cadre de la légitime défense. Il a soutenu que les individus en question tentaient de lui arracher une de ses parcelles. « Pendant que je me bats pour récupérer mes maisons, je ne peux pas permettre qu'on m'arrache celle que je viens de récupérer avec beaucoup de peine », a tenu à se justifier Gabriel Mokia.

Il a déclaré que deux individus s'étaient introduits dans sa parcelle, avec l'intention de la lui arracher. Il les aurait neutralisés et mis à la disposition de la justice.

Gabriel Mokia se dit victime dans cette affaire alors que l'actuel Chef de l'Etat, avec qui il a échangé récemment, lui a permis de récupérer toutes les parcelles qui lui étaient arrachées. Il a ainsi promis de ne pas se laisser faire et de se battre pour sa concession.

Défait à la dernière présidentielle, Mokia est le président du Mouvement des Démocrates Congolais (MDC).Il a déjà connu la prison pour des violences physiques. Il avait été condamné en 2010 à 42 mois de servitude pénale principale pour offense au chef de l'Etat, coups et blessures volontaires et injures publiques. Il était poursuivi pour coups et blessures volontaires sur Benoit Yolama, un membre de la Majorité présidentielle (MP) avec lequel il s'était livré à un ring sur un plateau de télévision au cours d'un débat politique.P.D

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.