27 Juin 2019

Afrique: Le secteur du pétrole et du gaz obtiendrait des résultats rapides s'il s'attaquait aux émissions de méthane

communiqué de presse

Le sommet des Nations Unies sur le climat organisé en septembre prochain approche à grands pas et le mercure monte en Europe et en Inde : la pression est donc forte pour trouver des solutions viables et assurer la baisse rapide des températures de la planète.

La réduction des émissions de dioxyde de carbone, principal responsable du changement climatique, est une priorité évidente, mais il existe également une énorme opportunité de réduire les émissions de méthane générées par l'industrie pétrolière et gazière.

Le méthane est responsable d'au moins un quart du réchauffement planétaire. De plus, son pouvoir réchauffant est 80 fois plus puissant que le dioxyde de carbone sur une période de vingt ans.

Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, il faut que les réductions d'émissions de méthane s'accélèrent d'ici 2030 pour avoir la moindre chance d'atteindre l'objectif de température globale de 1,5 ° C, voire de 2 ° C.

Le méthane contribue également à la formation d'ozone au niveau du sol, un polluant atmosphérique dangereux qui est responsable d'environ un million de morts et de 110 millions de tonnes de récoltes chaque année, ce qui signifie que réduire les émissions de méthane peut avoir un double avantage.

Le méthane contribue également à la formation d'ozone au niveau du sol, un polluant atmosphérique dangereux responsable d'environ un million de morts et de la perte de 110 millions de tonnes de récoltes chaque année, ce qui implique que réduire les émissions de méthane aurait des avantages multiples.

Mieux encore, les mesures visant à réduire les émissions dès maintenant auront des conséquences plus rapide sur le taux d'augmentation de la température que celles sur le dioxyde de carbone.

« La durée de vie dans l'atmosphère du méthane n'est que d'environ 10 ans, bien inférieure à celle du dioxyde de carbone. Ces deux gaz requièrent notre attention, l'un dictant à quelle vitesse la planète se réchauffe et l'autre, à quel point il fait chaud.

Toutefois, pour réduire les émissions de méthane, une forte réduction des émissions peut maintenant contribuer à limiter les augmentations de température », a déclaré Steven Hamburg, expert scientifique en chef du Fonds de défense de l'environnement.

« Le secteur pétrolier et gazier reconnaît de plus en plus l'importance de la lutte contre le changement climatique et a la capacité de faire une grande différence en éliminant pratiquement les émissions de méthane», affirme Mark Radka, responsable du secteur énergie et climat du Programme de l'ONU pour l'environnement.

Réduire les émissions de méthane est profitable à tous

Le secteur pétrolier et gazier est l'une des plus importantes sources de méthane émises par l'homme, suivi de l'agriculture et des déchets. Il génère environ le quart des émissions mondiales de méthane anthropiques.

L'Agence internationale de l'énergie estime que le secteur pourrait réduire ses émissions mondiales de 75% - avec jusqu'à deux tiers de ces réductions à un coût net nul. Et réduire ces émissions profitera également à l'industrie.

On estime qu'en 2012, environ 1 020 milliards de mètres cubes de gaz naturel, constitués en grande partie de méthane en provenance des activités pétrolières et gazières mondiales, se sont échappés dans l'atmosphère.

Ce gaspillage de gaz s'est traduit par une perte de revenus d'environ 30 milliards de dollars américains et par environ 3% de la production mondiale de gaz naturel.

Selon les conditions locales, il existe des solutions peu onéreuses et techniquement faisables pour réduire les émissions de méthane au sein des opérations pétrolières et gazières, notamment la récupération et l'utilisation des gaz évacués, ainsi que pour réduire les fuites des pipelines longue distance.

À l'occasion du Sommet des Nations Unies pour l'action sur le climat 2019, la Coalition des Nations Unies pour l'environnement et la Coalition pour le climat et la qualité de l'air chercheront à renforcer les mesures en appelant les gouvernements à relever le niveau d'ambition de leurs contributions déterminées au niveau national en rejoignant l'Alliance mondiale pour réduire de manière significative les émissions de méthane du pétrole et Secteur du gaz (en anglais) (Global Methane Alliance).

Les pays qui adhéreront à la Global Methane Alliance auront la possibilité, en fonction de leurs émissions effectives de méthane et du niveau de développement de leur industrie pétrolière et gazière, de s'engager à atteindre des objectifs de réduction absolue du méthane d'au moins 45% d'ici 2025 et de 60 à 75% d'ici 2030, soit un objectif d'intensité du méthane proche de zéro.

Ces objectifs sont réalistes et réalisables, en particulier dans un secteur où la technologie et le financement sont largement disponibles et où l'innovation favorise des réductions encore plus importantes.

« La Banque européenne pour la reconstruction et le développement s'est engagée à aider ses pays d'opérations à progresser vers la décarbonisation rapide de leurs économies.

L'Alliance mondiale du méthane, dirigée par les Nations Unies, est une plate-forme essentielle pour catalyser l'action, car elle rassemble des acteurs du secteur, des gouvernements et des institutions de financement pour un effort coordonné visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre le long de l'infrastructure gazière », ont déclaré Nandita Parshad Marc Peterschmitt de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.

« L'initiative sur le climat pétrolier et gazier oeuvre durement avec ses membres pour intensifier rapidement des actions et des technologies significatives afin de mieux détecter, réduire et prévenir les fuites de méthane dans la chaîne de valeur du pétrole et du gaz », déclare Jerome Schmitt, président du conseil sur le climat pétrolier Comité exécutif de l'initiative.

« Nos membres ont déjà pour objectif de réduire, en 2025, l'intensité moyenne collective de leurs opérations gazières et pétrolières en amont regroupées en dessous de 0,25%, avec l'ambition d'atteindre 0,20%, ce qui correspond à une réduction d'un tiers. Nous nous concentrons maintenant sur la réalisation de cet engagement.

La Global Methane Alliance constitue une occasion unique d'accélérer la réduction du méthane et la Oil and Gas Climate Initiative est heureuse de fournir l'assistance technique et le partage des connaissances nécessaires à sa réussite. »

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement, le Fonds de défense de l'environnement et l'Initiative pour le climat dans les domaines du pétrole et du gaz ont déjà rejoint l'Alliance mondiale du méthane et des discussions sont en cours avec plus d'une douzaine de pays afin qu'ils s'engagent dans ces objectifs.

Une réduction de 75% des émissions de méthane pourrait permettre de réduire les émissions mondiales de près de 6 gigatonnes d'équivalent dioxyde de carbone par an.

Afrique

Le changement climatique va impacter sur la productivité des économies

Incendies, cyclones, sécheresses, températures extrêmes... sont les effets les plus connus du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Développement Durable

Plus de: UNEP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.