Maroc/Cote d'Ivoire: La leçon de réalisme du maître à l'élève

Le meilleur élève est celui qui surclasse le maître, a-t-on coutume de dire. Mais dans le cas présent, le meilleur maître est celui s'impose toujours à l'élève. Parce que, par expérience, par malice, ou encore par un quelconque moyen, le maître à ce quelque chose qui lui permet de faire la différence.

Pour Hervé Renard, ce quelque chose est bien le réalisme. Face à son ancienne équipe, la Côte d'Ivoire avec laquelle il a été sacré champion d'Afrique 2015, et face à son ex-assistant Ibrahima Kamara, lui aussi présent lors de l'épopée victorieuse de Guinée-Equatoriale, Renard a joué de malice.

Rusé comme l'animal dont il porte le nom, le sélectionneur du Maroc a posé une seule équation à son poulain. Et à l'heure où vous lisez ces phrases, Kamara n'a toujours pas trouvé la réponse.

Parce que, pour son deuxième match de la CAN 2019 en Egypte, la sélection ivoirienne a concédé une défaite (1-0), vendredi au stade d'Al Salam au Caire, contre le Maroc lors de la 2ème -journée du groupe D.

Servi sur le côté gauche, Nourredine Amrabat réalise un superbe slalom d'une trentaine de mètres dans la défense ivoirienne. Après être débarrassé de trois adversaires, il sert en profondeur Youssef EnNesyri dans l'axe de la défense.

Couvert par le capitaine ivoirien, Serge Aurier, l'attaquant de Leganes ouvre parfaitement le pied pour battre Sylvain Gbohouo (23e). Une réaction du maître à une offense de l'élève. Une minute seulement après le coup d'envoi donné par l'arbitre camerounais Alioum Alioum, les Eléphants passe à un poil d'ouvrir le score.

Mais Ghanem Saïss enlève le cuir sur sa ligne de but. Très présent, le défenseur de Wolverhampton fait à nouveau échec à Jonathan Kodjia (16e). L'euphorie passée, le Lions dictent ainsi leur loi aux Eléphants.

Présents dans l'engagement physique, avec moins de déchets techniques, les coéquipiers de Nabil Dirar aspirent les Ivoiriens. Et sur l'une de ses spéciales, Amrabat permet à El-Nesryri de délivrer les siens.

Parti de loin de son côté gauche, l'ailier d'Al-Nasr Riyad (Arabie Saoudite) neutralise trois obstacles pour offrir un caviar à son compère d'attaque après seulement 23 minutes de jeu.

Et pendant plus de 75 minutes, Kamara et ses hommes ont couru en vain derrière cette réalisation. Alors que les Lions de l'Atlas auraient pu ajouter deux autres buts par l'unique buteur de la partie, les Ivoiriens avaient également l'occasion de faire trembler les filets marocains.

Ou du moins, ils l'ont fait dans le mauvais sens avec un tir de Nicolas Pépé dans le petit filet. Serge Aurier et Serey Dié se sont essayé au jeu de buts sans également y parvenir.

Avec un collectif quasi-inexistant et des joueurs apparus plus fatigués, émoussés, la Côte d'Ivoire n'a pu tenir le rythme imposé par Hervé Renard et ses Lions de l'Atlas. Toujours égal à lui-même, Seri JeanMichaël a conforté ses détracteurs.

Le milieu de Fulham, malgré la confiance de son entraîneur, peine à porter l'équipe ivoirienne. Il en est de même de Pépé qui aura existé dans la partie que par sa frappe dans le petit filet. Bien pris par Achraf Akimi, il a tout simplement traversé la partie.

Comme d'ailleurs l'ensemble du milieu de terrain ivoirien. A côté de Seri, Kessié et Dié ont été absorbés. Pris dans la crinière des Lions ils ont laissé libre cours à Younes Belhanda, qui revenait de blessure, et ses camarades de contrôler le jeu.

Ce qu'ils ont parfaitement assuré avec à la clé la qualification pour les huitièmes de finale. Mieux, le Maroc conforte, à travers cet autre succès, sa suprématie sur la côte d'Ivoire qu'elle a renvoyé du Gabon au premier tour de la CAN 2017, avant de lui barrer la route à une quatrième qualification consécutive à la Coupe du monde 2018.

Pour ce troisième face-à-face en l'espace de deux ans, le Maroc mène maintenant 3-0. Une autre défaite qui n'est pas de nature à faire revenir l'accalmie en Côte d'Ivoire.

Mais avant de revenir aux affaires locales après la 32e CAN, Kamara et ses garçons doivent se relever au plus vite.

Se réarmer mentalement, moralement, physiquement, techniquement et tactiquement pour affronter la Namibie, dernier adversaire de la phase de groupe, le 1er juillet prochain au stade du 30 juin au Caire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.