3 Juillet 2019

Sénégal: Fatick - La SIRN et les acteurs planchent sur des modèles d'embarcations en fibres de verre

Fatick — La Société des infrastructures de réparation navale de Dakar (SIRN) table sur de nouveaux modèles d'embarcations modernes en fibres de verre nécessaires pour une meilleure sécurisation du transport fluviomaritime des biens et des personnes dans la région de Fatick.

Dans cette perspective, un comité régional de développement (CRD) s'est tenu mardi dans la capitale du Sine, pour une "réflexion inclusive" portant sur le Programme d'urgence de dotation d'embarcations en fibres de verre, un projet du ministère des Pêches et de l'Economie maritime visant à créer une flotte de transport fluviomaritime et à renouveler la flotte artisanale en bois par des embarcations en fibres de verre.

"Il s'agissait pour nous de recueillir les préoccupations et attentes des populations par rapport au Programme d'urgence de dotation d'embarcations en fibres de verre adaptées aux réalités du transport fluviomaritime de la région de Fatick", a expliqué le directeur général de la SIRN, Samba Ndiaye.

"Avec ce projet, a-t-il expliqué, il ne s'agit par pour nous de calquer des modèles de navires ailleurs et de les imposer aux populations locales, mais de recueillir leurs observations pour concevoir ensemble des prototypes adaptés à mettre à leur disposition pour le transport fluviomaritime de la région à la fin de la phase expérimentale".

A la fin de cette approche participative, la SIR compte produire ces nouveaux prototypes "d'ici la fin de l'année", avec l'aide de son partenaire stratégique, une usine de fabrique d'embarcation en fibres de verre, installée à Ouakam, à Dakar.

"Les avantages de ces embarcations modernes en fibres de verre, c'est d'abord la sécurité, une durée de vie plus longue que les pirogues artisanales en bois", sans compter que les nouveaux prototypes seront conçus suivant des normes impliquant "plus de confort", a indiqué Samba Ndiaye, signalant que le parc de pirogues dans le secteur de la pêche est de 20.000 unités.

Selon lui, le seul bémol réside dans le prix d'acquisition de ces nouvelles embarcations, qui a-t-il laissé entendre seront plus chers que les anciens modèles en bois.

Le gouverneur de la région de Fatick, Seynabou Guèye, s'est félicitée de cette démarche participative de la SIRN consistant à présenter ce nouveau projet aux populations locales, pour ainsi recueillir leurs avis et contributions relatifs à ce projet.

"La région de Fatick, a-t-elle souligné, a une particularité qui réside dans le fait que par le passé, nous avons eu à vivre un événement malheureux dans le transport fluviomaritime en l'occurrence le drame de Bettenty où des victimes à majorité de femmes ont perdu la vie lors du naufrage de leur pirogue".

"Donc, si aujourd'hui, on se focalise sur des embarcations modernes avec l'Etat du Sénégal pour voir dans quelle mesure améliorer la sécurité du transport fluviomaritime, je crois que c'est un plus pour les îles du Saloum, pour la région, pour le Sénégal", a ajouté la cheffe de l'exécutif régional.

Au total 21 femmes ont perdu la vie le 24 avril 2017, dans le chavirement de leur pirogue à Bettenty, une des zones insulaires du delta du Saloum, dans la région de Fatick, où la pirogue est couramment utilisée pour circuler entre la mangrove et d'un îlot à l'autre.

Un modèle d'embarcation moderne destiné au transport fluviomaritime a été présenté aux populations au cours du CRD.

Sénégal

CAN 2019 - La CAF change l'arbitre de la finale

Ayant désigné dans un premier temps, l'arbitre Sud-Africain Victor Gomes pour la finale de la CAN 2019, la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.