Congo-Brazzaville: PME - Faciliter l'accès des acteurs du secteur aux services financiers

A l'occasion de la célébration en différé, le 2 juillet, de la Journée internationale des micro, petites et moyennes entreprises (MPME), le gouvernement, à travers la ministre en charge du secteur, Yvonne Adélaïde Mougany, à plaider en faveur du renforcement des acteurs afin d'intégrer les marchés régionaux, sous-régionaux, voire internationaux.

« Il est important de faciliter l'intégration de ces entreprises dans le secteur formel, leur présence et leur croissance sur les marchés internationaux, régionaux et nationaux tout en assurant leur accès au crédit à un coût abordable », a déclaré la ministre.

Placée sur le thème « Impact des MPME sur le développement socio-économique du Congo », la journée a été l'occasion pour le ministère de tutelle de sensibiliser l'opinion publique à la place des micro, petites et moyennes entreprises dans la création d'emploi et la réduction de la pauvreté dans le pays, ainsi que d'illustrer l'importante contribution que celles-ci apportent à l'économie mondiale.

« L'importance de ces entreprises dans la concrétisation des objectifs de développement durable est primordiale, en particulier quant à la promotion de l'innovation, de la créativité et d'un travail décent pour tous », a précisé Yvonne Adélaïde Mougany.

En effet, face à un monde en constante mutation, l'accès au financement constitue, pour ce secteur, un obstacle majeur. D'où l'intérêt d'identifier les opportunités du marché international et naviguer parmi les procédures commerciales comme leviers pour les petites entreprises, source de nombreuses opportunités d'emplois, de revenus et de lutte contre la pauvreté, afin de leur donner des outils nécessaires de faire face à la concurrence.

Consciente que les petites et moyennes entreprises représentent entre 20% et 30% du produit intérieur brut (PIB) des pays africains contre environ 60% dans les pays développés, le représentant résident du Programme des Nations unies pour le développement au Congo, Maleye Diop, a souligné que dans les économies à revenu moyen de la tranche inférieure, les PME sont à l'origine de plus d'emplois, créent et contribuent à près de 69% du PIB, notamment 38.5% pour les PME informelles et 30% pour les formelles. Au niveau national, les PME représentent 97% du total des entreprises.

« Au regard de ces chiffres, il est nécessaire d'investir davantage dans ce secteur porteur qui constitue le cœur du tissu économique congolais, base de la création d'emplois et de la diversification de l'économie », a déclaré le haut fonctionnaire onusien.

Fort de l'intérêt que représente ce secteur et au regard des défis de développement auxquels fait face actuellement le Congo touché par une crise financière due à la baisse des coûts de pétrole, Maleye Diop a réitéré la volonté de son institution de contribuer à jouer son rôle d'appui à la recherche d'approches innovantes et de financement pour soutenir les initiatives locales.

Le but, a-t-il précisé, est d'offrir des perspectives de croissance durable capables de contribuer à l'atteinte des Objectifs de développement durable qui, selon le principe fondateur de l'agenda mondial 2030 ne laissent personne de côté.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.