Togo: Conflit foncier - Le bilan s'est alourdi

3 Juillet 2019

Un contentieux opposant les communautés Gangan et Tchokossi au nord du Togo a viré au drame la semaine dernière.

Le litige foncier très ancien a fait finalement 4 victimes, une vingtaine de blessés plus ou moins sérieux et a causé la destruction de 50 maisons. Un chef de village est en outre porté disparu.

Une délégation gouvernementale vient de se rendre sur les lieux. Elle comprenait le ministre de la Sécurité, Damehame Yark et sa collègue de l'Action sociale, Léa Tchabinandji Kolani-Yentcharé.

'Ce qui s'est passé, ce n'est pas normal, c'est de la folie. On n'a pas besoin de ça dans notre pays', a martelé M. Yark.

Plus de 2000 personnes ont fui après les violences pour se mettre à l'abri.

La gendarmerie chargée de l'enquête doit identifier les responsables de ces violences.

Les deux communautés se disputent l'exploitation de champs.

Dans une décision temporaire, la justice avait décidé d'autoriser les deux camps rivaux à se partager les terres. Mais la cohabitation a mal tourné.

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.