Afrique de l'Ouest: Pas de stabilité au Sahel sans développement rural et sans création d'emplois pour les jeunes ruraux

communiqué de presse

Rome, le 3 juillet 2019 - La transformation économique des zones rurales et la création d'emplois pour des millions de jeunes ruraux sont des conditions de la stabilité au Sahel, affirme le Président du Fonds international de développement agricole (FIDA), Gilbert F. Houngbo, qui se rend à Paris transmettre son message à la réunion ministérielle du G7 sur le développement qui s'y tiendra demain.

"Il ne peut y avoir de stabilité là où il y a de la pauvreté, de la faim et où des millions de jeunes marginalisés n'ont pas de perspectives", a déclaré Gilbert Houngbo avant la réunion.

Au Sahel, la proportion de jeunes n'a jamais été aussi élevée, avec plus de 60% de la population âgée de moins de 25 ans.

Les deux tiers d'entre eux vivent en milieu rural et sont plus pauvres et ont plus souvent des difficultés que les adultes à trouver un emploi, à construire des compétences ou à accéder aux services financiers et aux technologies. D'ici 2050, on prévoit que la population active comptera 46 millions de jeunes âgés de 15 à 34 ans.

"Si on leur en donne la chance, les jeunes ruraux peuvent contribuer au développement économique de leur communauté", a déclaré Gilbert F. Houngbo. "Mais avant qu'ils aient le moindre espoir de le faire, des politiques avisées et des investissements judicieux doivent être mis en place."

Aujourd'hui, le secteur alimentaire reste le pilier fondamental de l'économie sahélienne. Premier employeur du Sahel, il représente plus de 80% de l'emploi au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Tchad. Les trois quarts de ces emplois sont dans l'agriculture.

Selon le FIDA, la demande mondiale de produits alimentaires, qui devrait augmenter de 60% d'ici à 2050, ouvre des possibilités de création d'emplois non seulement à l'étape de la production, mais aussi à celles de la transformation, du conditionnement, du transport, de la distribution et du commerce de détail.

La demande croissante de denrées alimentaires est due à l'accroissement de la population mondiale, à l'urbanisation et à la croissance des revenus.

Gilbert F. Houngbo participera au dîner de travail du G7 consacré à la création d'emplois décents pour les jeunes ruraux dans les zones rurales du Sahel. Les ministres du Développement du G7 et les ministres du Sahel du G5 participeront à ce dîner.

Le FIDA investit dans les populations rurales, en dotant celles-ci des moyens de réduire la pauvreté, d'accroître la sécurité alimentaire, d'améliorer la nutrition et de renforcer la résilience.

Depuis 1978, nous avons octroyé 20,9 milliards d'USD sous la forme de prêts à faible taux d'intérêt et de dons en faveur de projets qui ont touché quelque 483 millions de personnes.

Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est à Rome - le centre névralgique des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: IFAD

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.