3 Juillet 2019

Afrique: Dialogue direct intersoudanais - L'UA et l'Ethiopie ont mâché le travail

Photo: Radio Dabanga
Une manifestation à Khartoum dans la semaine du 1er juillet 2019.

Et c'est reparti pour un nouveau round de négociations au Soudan ! Enfin pas tout à fait, mais les protagonistes de la crise se rapprochent de plus en plus de la table des négociations. Hier mercredi 3 juillet 2019, les principaux responsables de la contestation ont accepté à certaines conditions une proposition des médiateurs de l'Union africaine et de l'Ethiopie de reprise du dialogue direct avec la junte au pouvoir.

On se rappelle que l'organisation panafricaine leur avait donné jusqu'au 30 juin pour accepter sa feuille de route d'une sortie négociée de la crise qui secoue le Soudan depuis la destitution le 11 avril dernier d'Omar el-Béchir après des mois et des mois de contestation. Déjà bien engagés, les pourparlers pour une gestion concertée de la Transition avaient été suspendus le 29 mai lorsque l'Alliance pour la liberté et le changement et les hommes forts du moment ont voulu accaparer la gestion du pouvoir durant cette période transitoire de trois ans.

Voilà quelque 45 jours que le fil du dialogue a été coupé pour laisser la place à une vague de répression féroce. D'abord le 3 juin, quand les croquants qui avaient posé leurs pénates devant le quartier général de l'armée ont été dégagés manu militari. Bilan, d'innombrables blessés et une centaine de morts dont certains ont été repêchés dans le Nil. Et pas plus tard que le 30 juin, une autre expédition punitive contre des civils aux mains nues faisait plus de 10 morts. Chaque fois le général Abdel Fattah al-Burhan s'en est lavé les mains alors que tout semblait indiquer que les sicaires du pouvoir, notamment les éléments de la milice paramilitaire des Forces de soutien rapide, en étaient les auteurs.

Maintenant que le principe du dialogue direct est acté, il faut espérer que les Soudanais de tout bord parviendront à un terrain d'entente pour ne pas s'embarquer, comme le craint déjà l'ALC, dans « des négociations sans fin ».

Le texte conjoint Union africaine Ethiopie propose, rappelons-le, un conseil souverain de 15 membres avec une majorité de civils, une présidence du conseil tournante entre militaires et civils tous les 18 mois. Le gouvernement sera, quant à lui, exclusivement constitué de technocrates, donc pas de politiques. Son chef sera choisi par l'opposition. Les ministres de la Défense et de l'Intérieur seront quant à eux désignés par le Conseil militaire de Transition. Autre nœud gordien qu'il reste à trancher, l'épineuse question du Parlement de transition, un des points qui avaient créé le blocage et dont les médiateurs proposent qu'il soit examiné ultérieurement. A chaque jour suffit sa peine.

Des propositions on ne peut plus concrètes destinées surtout à ménager la chèvre kaki et le chou civil. Cette fois, la feuille de route est bien balisée. Il faut maintenant espérer que ceux qui la suivront éviteront tout écart de conduite pouvant mener à une nouvelle impasse.

En savoir plus

Les négociations reprennent entre les militaires et l'opposition

C'est une petite victoire pour la médiation conjointe menée par l'Éthiopie et de l'Union africaine… Plus »

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.