Congo-Kinshasa: Affaire Kasonga Tshilunde - La Commission de Discipline répond à la Commission de la Carte

La Commission de Discipline et d'Ethique Professionnelle, Tribunal des pairs de tous les journalistes de la RDC, informe le public en général et les professionnelles des médias, en particulier, qu'elle détient, seule, du Congrès national de la Refondation de la presse de 2004, Organe Suprême de l'Union National de la Presse du Congo, le pouvoir et la compétence monopolistiques, mieux exclusifs d'infliger les sanctions disciplinaires au sein de toute la profession et d'ordonner le retrait de la carte de presse après toute sanction disciplinaire, tels que posent les articles 38, 39, et 49 des statuts de l'Union et les articles 19, 34, 36, 47 et 48 des statuts particuliers de la Commission de discipline.

En tant que telle, elle est l'unique juridiction de la justice disciplinaire professionnelle qui statue en premier et dernier ressort. Et qu'au-dessus d'elle, il n'y a aucun autre organe de l'UNPC qui soit compétent pour statuer sur ses décisions, ni pour les casser, ni pour siéger après elle pour prendre une autre décision disciplinaire quelconque, en juridiction d'appel.

Le fait que la Commission de la carte de presse s'arroge sans base légale et sans être habilitée, le pouvoir de statuer sur les décisions de la Commission de Discipline et d'Ethique Professionnelle, est un acte immoral, désespéré et un manquement éthique inédit dans l'histoire de l'UNPC.

Cette procédure qu'ils ont engagée n'est pas prévue par l'ensemble des statuts de l'Union et de ses organes. Ceci est donc une grave usurpation de la compétence de la Commission de Discipline, faite au motif de maintenir Kasonga Tshilunde à la tête de l'UNPC, lui qui a fait de celle-ci, l'unique source de sa survie, et avec lui, ce petit groupe d'individus, composé de quelques membres de la Commission de la carte bien connus qui entretiennent les intérêts indus au détriment de l'Union.

De ce qui précède, la Commission de Discipline attire l'attention de l'opinion nationale et internationale, de toutes les Institutions politiques et civiles de la RDC ainsi que celles de tous les professionnels des médias, y compris de toutes les organisations internationales des Journalistes, que les soi-disant décisions de la Commission de la carte professionnelle du Journaliste, rendues publiques, le 24 Juin 2019, prétendant annihiler les décisions CDEP/001/2019, CDEP/002/2019 et CDEP/003/2019 régulièrement prises par la Commission de Discipline à l'égard de Jean-Marie Kasamba et Joseph-Boucard Kasongo Tshilunde, est une imposture malheureuse qui viole gravement les Statuts de l'Union et les statuts particuliers de la Commission de Discipline et ceux de la Commission de la carte d'identité professionnelle du journaliste, elle-même. Par ces faits, toutes ces décisions sont inexistantes pour défaut de base légale et habilitation.

En outre, ces décisions par leurs signataires Mboma Adelin et Basa Djankolo, sont inexistantes car elles sont une grave usurpation de compétence, non seulement de la CDEP, mais aussi de l'Etat Congolais, en ce qu'un Ordre professionnel dans lequel ils prétendent maintenir le radié Kasonga Tshilunde n'existe pas en RDC pour la profession de nous journalistes. D'autant qu'un ordre professionnel est organisé par une Loi organique.

Celle-ci est d'abord légiférée par le parlement, ensuite promulguée par le Président de la République. Par leur ignorance regrettable en la matière, ils ont, en lieu et place de l'Etat, créé ou fait exister un ordre professionnel des journalistes qui n'en est pas un. Ce petit groupe de gens au sein de l'UNPC est connu dans l'entretien des intérêts indus avec leur Président radié. D'où leur agitation avec beaucoup de maladresses pour obtenir, à tout prix, le maintien de celui-ci à la tête de l'Union, pourtant, Justement sanctionné pour plusieurs manquements graves traduisant sa faiblesse éthique.

Prenant toutes les mesures de conséquences provoquées par la démarche anti-statutaire de cette Commission de la carte, du moins par quelques-uns de ses membres, ayant créé ainsi une rébellion, une confusion et une anarchie sans précédent dans la profession, au mépris du prescrit de l'article 64 des statuts particuliers de la CDEP, les membres du TRIPAIRS, réunis extraordinairement pour constater cette flagrance, ont décidé l'auto-saisine à l'égard de ces individus indélicats ;

Par ces motifs ;

Le tribunal des pairs dit ;

Rejeter ces soi-disant décisions de la Commission de la carte de presse publiées dans leur communiqué supra ;

Réaffirmer la radiation de Kasonga Tshilunde Joseph-Boucard de la Profession journalistique et sa perte irrévocable de sa fonction de Président de l'UNPC ;

Maintenir Jean-Marie Kasamba dans la poursuite Disciplinaire jusqu'à sa comparution sur son recours ;

Inviter, le vendredi 5 Juillet 2019, à 13 heures au siège de l'UNPC ;

A comparaître par devant la Commission de Discipline les signataires de soi-disant décisions de la Commission de la carte pour rébellion, usurpation, faux et usage de faux et violation grave de statuts de l'Union et des organes indépendants de celle-ci. Il s'agit de Adelin Mboma, Basa Njankolo, Jean-Marie et Eliane Mondjo ;

Inviter tous les professionnels des médias à soutenir avec pugnacité les décisions du Tribunal des pairs qui frappent principalement Kasonga Tshilunde ;

Aussi, invite-t-elle, tous les journalistes de la RDC à lire attentivement les décisions rendues à son sujet (Kasonga Tshilunde) par la CDEP et les statuts de l'Union et les statuts particuliers des Commissions pour mieux comprendre les prérogatives de chacun des organes de l'UNPC.

Elle fait savoir en outre que toute profession sans discipline rigoureuse est vouée à l'inexistence de ses propres règles légales pour devenir celle des intouchables et impunissables pour être finalement anarchique.

Par ailleurs, il est important que les professionnels des médias sachent que Monsieur Kasonga Tshilunde et son petit groupe, au lieu d'appliquer les vrais statuts en vigueur des organes de l'UNPC, utilisent souvent les statuts particuliers pour les besoins de la cause. Ces faux statuts dont ils avaient tenté et échoué de faire adopter par les congressistes convoqués sur irrégularité en violation des statuts des organes de l'Union, au Centre Nganda en 2017.

Fait à Kinshasa, le 02 Juillet 2019.

POUR LA COMMISSION DE DISCIPLINE ET D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE, TRIBUNAL DES PAIRS

Les juges membres :

Mukendi Batulekela Walter, Président ;

MulangaTshela Jackie, Secrétaire Rapporteur ;

Kabongo Kadila Nzevu Anaclet-Robert, Secrétaire Rapporteur Adjoint ;

Lisongo Solango Catherine, Membre ;

Kavuo Mbwaki Jeanne ; Membre ;

Eyenga Sana Louis-Paul, Membre ;

Mwamba Dishinde François, Membre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.