Angola: L'OMS donne des médicaments pour la tuberculose et des moyens de vaccination

Luanda — 500 mille dollars en médicaments pour le traitement de 11 mille personnes atteintes de la tuberculose des moyens pour la vaccination ont été remis ce mercredi, à Luanda, au Ministère de la Santé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'acte, dirigé par le représentant de l'OMS en Angola, Hernando Agudelo, vise à contribuer au renforcement des initiatives du Gouvernement angolais pour étendre les services de diagnostic et de traitement de la tuberculose à toutes les unités de santé du pays.

L'Angola a une incidence élevée de tuberculose, où 60 000 à 70 000 nouveaux cas sont enregistrés chaque année, sans compter les cas non signalés en raison du manque d'accès aux services de santé, selon l'OMS.

Le pays est l'un des 30 pays au monde prioritaires pour le contrôle de la tuberculose, telle que définie par l'OMS, en raison de l'existence dans le pays de trois facteurs principaux de risque: les cas de tuberculose associés au VIH / SIDA; tuberculose résistante à des multiples médicaments et la co-infection tuberculose - VIH.

Lors de la conférence, Hernando Agudelo a déclaré qu'en 2018, l'Angola avait pris l'engagement de mettre fin à la tuberculose à l'Assemblée mondiale de la Santé, appelant à renforcer l'allocation de fonds et à intensifier la mise en œuvre du développement des services de diagnostic, dépistage et traitement.

Il a déploré le fait que le pays gagne de grandes proportions avec un taux de 350 nouveaux cas pour mille habitants, avec un record de 20 000 décès en 2018.

"Cette image inquiétante de la tuberculose appelle une réponse accélérée et durable à tous les niveaux, sinon nous continuerons à assister à l'augmentation du nombre de cas et de décès de citoyens qui sont indispensables au développement du pays", a-t-il ajouté.

Deux véhicules ont également été livrés pour renforcer le programme de vaccination dans la province de Luanda, principalement dans les municipalités de Belas et Cacuaco, des zones densément peuplées et avec un grand nombre d'enfants de moins de cinq ans n'ayant pas accès aux services de vaccination.

Au nom de l'Exécutif, Leonardo Inocêncio, secrétaire d'État au secteur hospitalier, a remercié l'offre de l'OMS, car elle permettrait de résoudre les problèmes de tuberculose et de vaccination.

"Nous savons que la vaccination est un facteur clé dans la réalisation des Objectifs du Développement du Millénaire, un objectif du PDN qui vise à réduire la mortalité maternelle et infantile", a-t-il déclaré.

Il a souligné que ces moyens permettraient d'obtenir de meilleurs indicateurs de santé couvrant plus de 20 maladies évitables par la vaccination, notant les efforts déployés par l'Exécutif, qui est désormais responsable de l'achat de vaccins précédemment subventionnés par la GAVI.

L'événement s'est tenu au siège du ministère de la Santé et a été témoigné par des fonctionnaires et des techniciens de cet organisme.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.