Angola: Le Président de la République considère le développement comme un défi commun de l'Angola et Cuba

La Havane — Le Président de la République, João Lourenço, a estimé mardi à La Havane que la lutte pour le développement économique et social constituait le principal défi de l'Angola et de Cuba après les efforts communs déployés pour libérer les deux peuples des menaces externes.

L'homme d'État angolais parlait lors d'une rencontre de fraternisation avec des dirigeants et des soldats cubains, pour la plupart des généraux à la retraite, qui ont aidé l'Angola à combattre les forces d'invasion entre 1975 et 1988.

Il a salué la solidarité cubaine dans la lutte pour l'indépendance nationale, dans la défense de l'intégrité territoriale et dans divers domaines de la vie politique, économique et sociale de l'Angola.

Il a affirmé que, tandis que les colonialistes s'appropriaient les terres et les richesses des peuples, les internationalistes cubains, venus d'une nation avec peu de ressources, sacrifiant le sang de ses fils sans rien gagner, ont aidé l'Angola à grandir et à se développer comme un pays indépendant.

João Lourenço, qui est à Cuba pour une visite de deux jours, a également déclaré qu'il avait toujours besoin de la solidarité cubaine pour la formation des cadres, le développement de la santé, de l'éducation, de la construction et d'autres secteurs indispensables au développement de l'Angola.

Lors de la rencontre avec l'armée cubaine, le Chef de l'Etat angolais a appelé à la levée du blocus économique imposé à Cuba par les États-Unis d'Amérique, affirmant que la reprise des relations entre les deux pays apporterait des gains à l'humanité.

Pour la situation de tension au Venezuela, João Lourenço comprend que la population de ce pays doit trouver la solution à la crise interne, qui peut être facilitée par le dialogue interne.

Il s'est dit préoccupé par la paix et la sécurité dans le monde, en particulier au Moyen-Orient, pour la résolution du conflit israélo-palestinien à la lumière des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, ainsi que pour la paix en Syrie et au Yémen, ainsi que pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Lors de la rencontre, le Président João Lourenço et les généraux cubains, dont certains se trouvaient en Angola, ont rappelé les détails de plusieurs combats dans différentes régions du pays, dont certains ont été jugés importants pour la défaite des forces d'invasion.

Sur le sujet, ils ont parlé du rôle des détachements associés des anciennes Forces armées de libération populaire de l'Angola (FAPLA) et des Forces armées révolutionnaires de Cuba (FARC), sur des fronts tels que Cabinda, Mavinga, Cangamba, Cuito Cuanavale, Kifangondo, Ebo et tant d'autres.

Il a informé que le 23 mars, jour de la victoire de Cuito Cuanavale, il avait été célébré comme la Journée de la libération de l'Afrique australe pour son influence sur la fin de l'invasion sud-africaine de l'Angola, pour l'indépendance de la Namibie et pour l'abolition de l'apartheid en Afrique du Sud.

Dans une conversation détendue, João Lourenço a invité les internationalistes à participer en Angola, l'année prochaine, aux célébrations la Journée de la libération de l'Afrique australe.

Ont participé, entre autres, à la fraternisation avec le Président João Lourenço, les généraux Léopordo Cintra Frias et Rafael Moracen Limonta, également général des Forces armées angolaises (FAA).

Rogelio Gonzáles, Rubem Martinez, Hernandez Rodriguez, Samuel Plana et Enrique Gonalez ont également été des généraux qui ont animé la rencontre.

L'action internationaliste cubaine en Angola a été décidée dans le cadre de l'opération "Carlota", qui a déterminé l'arrivée de milliers de soldats de l'île des Caraïbes, afin de contrebalancer les intérêts contraires à ceux du peuple angolais.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.