Congo-Brazzaville: Santé publique - Le projet "Villes-Santé" s'annonce dans les localités congolaises

La direction générale de l'Hygiène et de la promotion de la santé a échangé avec une délégation de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le projet onusien qui vise à associer les villes à la politique "santé pour tous".

Le Congo a été retenu parmi les pays d'Afrique francophone devant bénéficier du projet "Villes-Santé", dans le cadre de la promotion de la santé voulue par l'OMS. Ainsi, un représentant de l'OMS-Europe et un autre de l'OMS-Afro ont échangé, le 3 juillet à Brazzaville, avec le directeur général de l'Hygiène et de la promotion de la santé, le Dr Jean Claude Emeka. L'entretien a porté sur les modalités d'exécution du projet onusien non seulement dans la capitale mais aussi dans plusieurs localités du pays. L'accompagnement de l'OMS se fera primordialement sur la sensibilisation de la population. Un appui financier pour soutenir l'opération de mobilité y relative n'est pas exclu.

Une ville-santé, a-t-on laissé entendre, est celle qui améliore constamment la qualité de son environnement, facilite l'accès aux soins de santé de qualité à moindre coût en agissant en faveur de la santé pour tous. Le développement d'une communauté solidaire qui participe à la vie de la cité, la réduction des inégalités, l'accès à la culture avec possibilité pour les citoyens de réaliser leur potentiel de créativité, la meilleure utilisation possible des ressources humaines font partie des caractéristiques distinctives d'une ville-santé. Elle est donc reconnue par sa volonté de répondre aux besoins essentiels des citoyens en matière de l'environnement et de santé, entre autres. La promotion de la santé, rappelons-le, est un des droits fondamentaux de tout être humain.

« Nos villes ont de sérieux problèmes de salubrité au niveau des marchés, des artères, dans les quartiers notamment. Nous devons donc renforcer les mesures de sensibilisation pour que la population s'active à assainir permanemment nos milieux de vie », a expliqué le Dr Jean Claude Emeka.

A la mairie de Brazzaville

La direction générale de l'Hygiène et de la promotion de la santé veut vite aller de l'avant dans le cadre de l'exécution de ce projet. Après l'entrevue avec la délégation de l'OMS, le Dr Jean Claude Emeka, en compagnie du chef de service promotion de la santé, Lucien Emmanuel Francky Ibata, a été reçu par l'adjoint au maire de la capitale, Guy Marius Okana. « Nous avons discuté de l'organisation collégiale des missions de contrôle sur le terrain tout en passant en revue les zones dans Brazzaville où sera développé le projet Villes-Santé », a expliqué le directeur général de l'Hygiène. Les deux parties ont, par ailleurs, évoqué la réalisation des interventions d'hygiène et d'assainissement pour contrer un certain nombre de maladies et épidémies.

La question de l'hygiène publique est transversale, a précisé le Dr Jean Claude Emeka. Selon lui, il est nécessaire de ressusciter et d'éveiller les brigades d'hygiène composées, entre autres, des services de la force publique, des acteurs du secteur de l'environnement ainsi que de la santé. Pour l'heure, les échanges entre toutes les parties concernées se poursuivent pour définir une action concertée et efficace.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.