Congo-Kinshasa: Lubaya - « Notre justice doit cesser d'être un lieu de marchandage mercantile pour devenir la garante de l'équité »

À la suite de la publication des arrêts en rectification des erreurs matérielles, Claudel-André Lubaya, Président de l'Alliance des Mouvements du Kongo, (AMK), plateforme électorale membre d'Ensemble pour le changement de Moïse Katumbi, tire les leçons sur une injustice programmée mais avortée grâce à la vigilance républicaine.

Pour Lubaya, l'engagement du Chef de l'État à instaurer un État de droit en RDC aura tout son sens que si la justice cesse d'être un lieu de marchandage mercantile pour devenir la garante de l'équité entre les puissants et les faibles, les riches et les pauvres dans une République impartiale avec des institutions irréprochables. Avec la réhabilitation des députés Chérubin Okende, Daniel Safu et Mutombo Kasongo, l'AMK récupère trois sièges sur les quatre initialement perdus.

Dans une déclaration publiée sur sa page Facebook, ce jeudi 4 juillet, le Président de l'Alliance des Mouvements du Kongo (AMK), Claudel-André Lubaya, a adressé ses « remerciements les plus patriotiques » au Président de la République Félix Tshisekedi pour sa prompte réaction et son implication personnelle sans lesquelles les élus de son regroupement, estime-t-il, ne seraient pas rétablis dans leurs droits légitimes.

Cherubin Okende, Daniel Safu et Mutombo Kasongo, tous de l'AMK, ont été rétablis à l'Assemblée nationale par la Chambre spéciale de la Cour constitutionnelle, dans ses arrêts en rectification d'erreurs matérielles, rendus mercredi 3 juillet. « Ils sont désormais des élus aguerris par l'épreuve et fortifiés dans leur engagement, conscients de la responsabilité qui leur incombe d'user, durant leur carrière parlementaire, de tous les moyens en leur pouvoir pour initier des réformes nécessaires à la consolidation de l'État de droit durant cette législature », note-t-on dans la déclaration du Président de l'AMK.

Vœu d'une justice garante de l'équité entre les puissants et les faibles

Et de poursuivre : « leur invalidation constitue un épisode abject et au-delà, une preuve tangible de la fragilité de nos institutions. Elle pose avec gravité la nécessité d'engager sans détours des réformes profondes du mode de fonctionnement de nos institutions pour jeter les bases d'un État de droit, reposant sur un droit sûr et prévisible, dans lequel toute personne a le droit d'être traitée par les décideurs de manière digne, égale et rationnelle, dans le respect du droit existant, et de disposer de voies de recours pour contester les décisions devant des juridictions indépendantes et impartiales, selon une procédure équitable ».

Par ailleurs, Lubaya regrette tout de même que le recours de l'autre membre de sa plateforme politique, Vital Sunzu, élu de Lubumbashi, n'ait pas abouti.

Pour l'élu de Kananga, l'engagement du Chef de l'État à instaurer un État de droit en RDC aura tout son sens que si « la justice cesse d'être un lieu de marchandage mercantile pour devenir la garante de l'équité entre les puissants et les faibles, les riches et les pauvres dans une République impartiale avec des institutions irréprochables ».

Le Président de l'AMK a même puisé dans ses convictions chrétiennes pour illustrer avertir ceux qui excellent ou se complaisent à l'injustice en lieu et place de la justice. «Malheur à ceux qui prononcent des ordonnances iniques, et à ceux qui transcrivent des arrêts injustes, pour refuser justice aux pauvres, et ravir leur droit aux malheureux de mon peuple ... Esaïe 10 : 1-2 », a-t-il écrit.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.