Congo-Kinshasa: Eléphants en divagation - La population du Haut-Lomami en appelle au chef de l'Etat

Les habitants des territoires de Malemba-Nkulu et Bukama, victimes depuis plus de deux ans de dégâts énormes causés par des pachydermes en errance, demandent au président de la République de trouver une solution définitive à leur situation.

Le député provincial Paul Ngoy Nsenga Binthelu, en séjour à Kinshasa, a été chargé par sa base de mener des démarches en sa faveur, auprès du chef de l'Etat, afin de trouver une solution relative à l'assistance humanitaire d'urgence. Les députés provinciaux du Haut-Lomami sont également saisis dans ce sens pour un lobbying appuyé afin que l'autorité suprême du pays soit informée de la situation de précarité extrême de cette population dont des champs, des villages entiers ont été décimés par les pachydermes qui sont sortis du parc de l'Upemba, leur milieu naturel.

Outre d'autres catastrophes naturelles liées aux pluies torrentielles et aux coups de foudre, les éléphants dévastent tout sur le passage. A ce jour, vingt-trois morts ont été enregistrés, plus de deux mille cinq cents maisons reversées, trente cinq mille ménages affectés par cette situation, cinquante cinq mille hectares de champs détruits et surtout plus ou moins soixante-treize mille élèves en déperdition scolaire.

Tension au sein de la population....

Cette situation sociale très excentrique est génératrice d'autres problèmes. Aussi a-t-on appris qu'une vive tension a prévalu, le 3 et 4 juillet, entre la population des villages de Kasenga, dans le territoire de Malemba-Nkuku, et les éléments du garde-chasse de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), commis au Parc national de l'Upemba.

La population a accusé les gardes-chasse, qui n'arrivent pas encore à renvoyer les éléphants dans le périmètre du parc de l'Upemba, d'avoir pris de force les pirogues des pêcheurs et paysans de ces villages. Informé de la colère ardente de la population prête à attaquer les gardes-chasse, le député provincial du Haut-Lomami, Paul Ngoy Nsenga Binthelu, qui est aussi président de la commission parlementaire chargée d'évaluer les dégâts engendrés par les pachydermes, a urgemment saisi le colonel Rodrigue Mugaruka, premier responsable des gardes de l'ICCN, afin de demander à ses hommes de bien cohabiter avec la population. Le colonel a illico presto intimé l'ordre à ses éléments de restituer aux propriétaires les pirogues saisies. Le calme est revenu dans les villages l'après-midi du 4 juillet.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.