Cote d'Ivoire: CAN 2019 - Une qualification pour les éléphants et toujours des interrogations

La Côte d'Ivoire sera bien au rendez-vous des huitièmes de la CAN 2019 en Egypte. Solides dauphins des Lions de l'Atlas du Maroc, les Eléphants disputeront leur prochain match à Suez, un port d'Egypte, situé à l'embouchure du canal de Suez.

Mais que de chemin, de tractations, de tergiversations, de mise au point avant d'y être. Une qualification attendue D'aucuns diront que ce n'était pas évident. Pour les autres, la Côte d'Ivoire est bien à sa place.

Et ces derniers n'ont pas tort. Classée parmi les favoris à chaque début de compétition, la sélection ivoirienne se devait de justifier son statut. Un rang affirmé au terme des trois matchs de poule.

Avec deux victoires et une défaite face au Maroc (1-0), les Ivoiriens ont décroché leur billet pour le tour suivant. Des huitièmes de finale où on retrouvera également tous les cadors, l'Egypte, le Maroc, le Ghana, le Sénégal, le Cameroun, l'Algérie.

La réunion de la vérité Après la défaite contre le Maroc, un vent chaud a soufflé sur la demeure des Eléphants. Hanté par l'élimination au 1er tour en 2017, le comité exécutif a pris ses responsabilités en voyant pondre le spectre d'une nouvelle élimination.

Alors que le sélectionneur Ibrahim Kamara envisageait de mourir avec ses idées, il a été fortement contrarié et obligé ainsi de changer ses plans.

Si la blessure de Serge Aurier lui imposait la titularisation de Bagayoko Mamadou sur le côté droit de la défense, ce n'est pas le cas de Jean-Philippe Gbamin, Wilfried Zaha et Wilfried Bony.

La titularisation de ces trois autres joueurs est la résultante de la réunion de mise au point entre le comité exécutif et le sélectionneur national. Un contenu encore à parfaire La claque administrée à la Namibie ne doit pas faire perdre de vue les défaillances tactiques constatées.

La défense est restée égale à ellemême comme elle l'est depuis le début du tournoi. A la fois sombre, complice et solidaire, elle reste la seule satisfaction de l'équipe de Kamara. Remplaçant d'Aurier, Bagayoko a parfaitement rempli sa mission.

Même si le gardien Sylvain Gbohouo s'est rendu coupable d'une faute sur la réduction du score par la Namibie lors de la victoire (4-1), il a eu le mérite de sauver l'équipe des situations difficiles sur les trois matchs. L'entrejeu, avec la titularisation de Gbamin, a semblé trouver un certain équilibre.

Très critiqué pour ses prestations en-deçà des espérances, Franck Kessié s'est retrouvé un costume de passeur décisif. Meilleur passeur du tournoi (3 passés décisives), le milieu du Milan AC a montré que son association avec Gbamin pourrait apporter plus d'allant dans un milieu bâti autour du capitaine Serey Dié.

Devant, Bony a été transparent. Il n'a pas mieux fait que son remplaçant. Max Gradel n'aura existé que par son but, l'ouverture du score qui a lancé la machine des Eléphants. Zaha, pour sa première, a beaucoup tenté. Les chevauchées, les dribbles,...sans jamais parvenir à prendre par défaut la défense adverse.

Une petite prestation de l'attaquant de Crystal Palace qui peut se réjouir d'avoir inscrit le 3ème but de son équipe. Dans l'ensemble, la Côte d'Ivoire a assuré en se qualifiant mais le jeu produit n'est pas consistant.

Le fond de jeu, loin d'être nul, peut être poli. Mettre plus d'impact, plus de vivacité, exploiter la profondeur. Voilà les aspects sur lesquels Kamara doit améliorer son groupe avant un huitième de finale qui s'annonce décisif. Car, le sort des équipes se joue sur un seul match.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.