Cote d'Ivoire: Le gouvernement a mis fin aux activités de 23 400 orpailleurs clandestins sur la période 2018-2019

 S'exprimant à la tribune de "L'Invité des Rédactions de Fraternité Matin" sur thème "Quelle contribution du secteur minier au développement de la Côte d'Ivoire?", le 04 juillet 2019 à Abidjan, le Ministre des Mines et de la Géologie, Jean-Claude Kouassi, a indiqué que le gouvernement a mis fin aux activités de 23 400 orpailleurs clandestins sur la période 2018 et 2019.

« Nous avons mis fin aux activités de 23 400 orpailleurs clandestins entre 2018 et 2019. Nous devons mener une lutte sans répit contre l'orpaillage clandestin.

Il nuit aux exploitations minières légales, détruit notre environnement, menace la qualité de vie dans nos villages et hypothèque l'avenir de nos enfants et petits-enfants », a-t-il dit.

A décembre 2018, ce sont au total 241sites qui ont été déguerpis et fermés. Pour Jean-Claude Kouassi, l'objectif du gouvernement est d'avoir une industrie minière durable, rentable, performante et respectueuse de l'environnement.

Concernant le secteur de la petite mine qui comprend les petites et moyennes entreprises, le gouvernement entend le développer, afin d'en faire un secteur économique viable et profitable aux particuliers et aux entreprises qui s'y intéressent.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.