Angola: L'industrie manufacturière croît de 1,8%

Luanda — L'industrie manufacturière en Angola a progressé de 1,8% en 2018, avec la mise en service de 18 nouvelles unités de fabrication en 2017, selon un livre publié jeudi.

L'ouvrage publié à Luanda, intitulé "L'Innovation industrielle dans les micro, petites et moyennes entreprises en Angola", de Claudmir Vaz Lopes, indique que le dynamisme attendu dans le secteur agricole et la reprise de la disponibilité de devises pour les importations des matières premières, des accessoires et des pièces de rechange de nouveaux équipements, dans la limite des besoins du secteur, ont contribué à une meilleure performance de la branche industrielle.

Sur la base du programme de recherche sur la production industrielle mensuelle (PPIAM) du ministère de l'Industrie, environ 550 unités industrielles à travers le pays ont signalé leur production régulièrement.

Toujours en conformité avec le livre, en 2017, 84 nouvelles unités industrielles avaient été enregistrées et agréées, soit 22% de moins et 42% de moins qu'en 2016 et 2015 respectivement, la plupart des unités autorisées correspondant au secteur de l'alimentation suivies de la matériaux de construction.

Ce ralentissement, selon l'auteur, appelle une plus grande attention aux unités industrielles existantes, afin de les aider à atteindre et à augmenter leur productivité grâce à l'introduction d'outils d'amélioration continue et d'innovation. L'innovation dans les entreprises, un pari sur la productivité.

L'innovation continue des biens et services industriels dans les micros, petites et moyennes entreprises (MPME) stimule la croissance et la productivité des entreprises, selon Claudmir Vaz Lopes. À l'heure actuelle, les entreprises, pour innover, dépendent du marché étranger en termes d'acquisition de matière première et de savoir-faire, ajoute l'auteur.

"La situation actuelle en matière d'innovation des entreprises en Angola n'est pas encore au niveau souhaité en raison de la dépendance vis-à-vis du marché extérieur", a-t-il dit, suggérant une innovation continue, par opposition à l'innovation radicale, pour un impact positif sur la productivité.

Pour lui, l'innovation est aujourd'hui une source d'avantage concurrentiel dans les entreprises et leur permet d'introduire rapidement de nouveaux produits sur le marché.

Le faible volume de capital investi, les registres comptables inadéquats, l'embauche directe de main-d'œuvre, le faible investissement dans l'innovation technologique, les difficultés d'accès au financement du capital sont parmi les autres contraintes qui limitent la performance des MPMES et caractérisent " manière "leurs pratiques et leur gestion des entreprises.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.