Algérie: 20ème vendredi - Omniprésence de l'emblème national à l'occasion de la fête de l'indépendance

 Le déploiement et l'omniprésence de l'emblème national ainsi que l'entonnement des chants patriotiques ont fortement marqué à Alger le 20ème vendredi consécutif des marches populaires, qui ont coïncidé avec la célébration du 57ème anniversaire du recouvrement de l'indépendance nationale le 5 juillet 1962.

Entonnant des chants patriotiques et brandissant les portraits de chouhada, les manifestants, plus nombreux que la semaine dernière, ont soulevé des drapeaux algériens de tous les calibres mais aussi un drapeau géant aux couleurs nationales sur lequel sont inscrits les noms des 48 wilayas du pays pour réaffirmer leur attachement inébranlable à l'unité du peuple et de la nation.

Tout en scandant les slogans habituels, les manifestants ont réitéré leur attachement au départ de tous les symboles de l'ancien système, entrecoupés par des you-you qui fusaient des balcons des immeubles environnants.

De vieux drapeaux algériens, datant des premières années de l'indépendance, ont été également brandis par des manifestants, au moment où des jeunes gens prenaient des selfies pour immortaliser ces moments historiques.

Avec une présence féminine remarquée, les manifestants qui avaient commencé à arpenter les principales rues et artères de la capitale dans un climat serein, ont fini par se regrouper au niveau de la Grande-Poste, le Boulevard Amirouche, la rue Hassiba Benbouali et la place Maurice Audin où un dispositif sécuritaire renforcé a été déployé face à une véritable marée humaine.

Des manifestants ont pour leur part appelé à "la libération de tous les détenus politiques", et brandi des pancartes et banderoles sur lesquelles on pouvait lire: "La souveraineté appartient au peuple", "Les Algériens khawa khawa" (Les Algériens sont frères), alors que d'autres ont réaffirmé leur "opposition à l'organisation du dialogue pour aboutir à une élection présidentielle tant que des membres de la bande ne sont pas partis".

Ces marches se sont déroulées globalement dans le calme, à l'exception de quelques incidents enregistrés entre des manifestants et les forces de l'ordre.

Selon une source sécuritaire, une dizaine de personnes ont été interpellées puis transférées vers la Sûreté urbaine d'Alger pour vérification d'identité avant d'être relâchées, alors que d'autres individus qui se sont rendus coupables de port d'armes blanches, ont été arrêtés et seront présentés devant la justice.

Pour rappel, les marches populaires de ce vendredi interviennent à la veille de l'organisation d'un forum pour un dialogue national, demain samedi à Alger.

Il réunira, entre autres, des partis politiques, des personnalités nationales, des élites universitaires ainsi que des associations pour promouvoir le dialogue, en vue de parvenir à une solution à la crise politique que traverse le pays depuis près de cinq mois.

Ces marches interviennent aussi au lendemain du discours adressé à la nation, à l'occasion de la fête de l'indépendance par le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah qui a lancé un nouvel appel pour un dialogue national inclusif sur la prochaine élection présidentielle, précisant que ce dialogue devrait axer ses discussions sur "l'organe ou l'autorité électorale indépendante à mettre en place et qui aura pour mandat d'organiser et de contrôler le processus électoral dans toutes ses étapes".

De son côté, le Général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP) avait affirmé que "la justice déterminée et l'équité résolue demeurent la voie parfaite et efficace pour assainir le pays de la corruption et des corrupteurs, malgré une opposition virulente aux différentes facettes".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.