Madagascar: Municipales/communales - Les candidats doivent résider dans les communes où ils se présentent !

Nous ne sommes pas sans savoir qu'après les législatives, on s'achemine vers les municipales et les communales. D'après le chronogramme présenté par la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), ces élections se tiendront le lundi 28 octobre, mais nous attendons le décret pris en conseil du gouvernement pour le confirmer ou proposer une autre date. Nous attendons, également, après l'arrêt de la date, le décret de convocation des électeurs.

Résident. Entre-temps, le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo, a rappelé hier, sur les ondes de la radio nationale, les conditions sine qua non que doivent avoir les candidats avant de déposer leurs dossiers de candidature.

Il s'agit, en l'occurrence, d'avoir au moins 21 ans, d'avoir la nationalité malgache, d'être inscrits sur la liste électorale, de n'avoir jamais été condamné, de s'acquitter de toutes les obligations fiscales. Des conditions classiques requises, entre autres, pour les autres élections.

Mais une grande innovation a été apportée pour les municipales et les communales. D'après la CENI, le candidat doit résider au sein de la commune dans laquelle il se présente.

Ce qui fait qu'un candidat qui réside dans la commune d'Ambohimangakely ne peut pas se présenter dans la commune urbaine d'Antananarivo. C'est le principe.

Mais les exceptions existent toujours. « Si le candidat habite hors de la commune dans laquelle il souhaite se présenter, il doit prouver qu'il a des intérêts à se présenter dans cette commune.

Pour cela, il rédige une lettre dans laquelle il expose les arguments qui font montre clairement desdits intérêts », explique Thierry Rakotonarivo. Il incomberait de ce fait à la CENI d'apprécier les arguments.

Budget étatique. Par ailleurs, toujours sur la RNM, l'on souligne que les élections municipales et communales ne seront plus prises en charge par le SACEM (Soutien Au Cycle Electoral de Madagascar), mais par l'Etat malgache.

Et pourtant, au début de ce projet, il a été prévu que les fonds du SACEM couvrent toutes les élections entre 2017 et 2019, donc les municipales et les communales.

Des explications par rapport à ce point méritent d'être avancées et mises en avant, afin de dégager toutes suspicions...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.