Malawi: Le président condamne la contestation après sa réélection

La contestation se poursuit au Malawi après l'élection présidentielle du 21 mai dernier. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues jeudi et vendredi 5 juin pour dénoncer la réélection, frauduleuse, selon eux, du chef de l'État Peter Mutharika. Ce dernier a d'ores et déjà condamné ces manifestations.

Le 21 mai, le président sortant, Peter Mutharika, est réélu avec une petite avance - 160 000 voix - soit seulement trois points de plus que le candidat du principal parti d'opposition, Lazarus Chakwera.

L'opposition crie aussitôt à la fraude et dénonce des irrégularités, avec un « nombre élevé de feuilles d'émargement non-conformes » et des « ratures sur les bulletins et les procès-verbaux ».

De son côté, la mission d'observation de l'Union européenne affirme elle aussi avoir constaté un nombre important d'erreurs lors du comptage des voix. La justice est finalement saisie.

La Commission électorale examine en ce moment le dossier et devrait rendre prochainement son verdict, plus d'un mois après les résultats de l'élection présidentielle.

Dans l'attente d'une décision, des manifestations, parfois violentes, secouent les plus grandes villes du pays. Des milliers de personnes ont défilé vendredi pour la deuxième journée consécutive.

Ce samedi, 6 juin, jour de fête de l'indépendance, la capitale du pays, Lilongwe, est restée calme mais certains manifestants ont promis d'être de retour dans les rues, dès lundi.

Le président malawite, Peter Mutharika, a d'ores et déjà condamné les manifestations et accusé les organisateurs de comploter pour renverser son gouvernement.

« Faire du Malawi une société sans loi est inacceptable. Nous tiendrons chacun d'entre eux responsable, la force répondra à la force et ces bêtises prendront fin », a-t-il déclaré lors d'un meeting, ce samedi, à l'occasion du 55e anniversaire de l'indépendance.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.