Ile Maurice: En Inde pour des soins - Lucas et sa maman bientôt à la rue

Atteint d'une malformation cardiaque, il s'est rendu dans la Grande péninsule pour se faire soigner. Mais, faute de moyens et malgré des aides financières, Sandrine Athong et son fils Lucas Vince Farla, 10 ans, se retrouveront bientôt à la rue. Ils sont actuellement à Bangalore, en Inde.

Le petit, qui souffre d'une malformation cardiaque depuis la naissance, a récemment subi quatre interventions chirurgicales, à l'hôpital Manipal. «Si la fièvre a baissé, il est toujours très faible et commence à perdre ses cheveux.» Mais ils ne sont pas au bout de leur peine.

Des anomalies ont été détectées dans les échographies du petit, le vendredi 5 juillet, et l'hôpital a sommé la jeune maman de reverser une autre partie du montant de la facture.

Mais n'ayant pas pu le faire, faute de moyens financiers, ils ont dû quitter l'établissement hospitalier.

«Zot inn donn li desarz. E zot inn dir nou ki nou bizin alé. Mais Lucas doit cependant faire des injections d'antibiotiques dans les veines. Et doit se rendre à l'hôpital au quotidien.» Mais ils ne savent plus où aller...

Sandrine a bien bénéficié d'une subvention de Rs 500 000 de l'État. Mais les traitements, à ce jour, ont coûté 1,9 million de roupies indiennes. «Nous n'avons pu régler que Rs 975 000.»

Des associations non-gouvernementales ont été lancées et les grands-parents de Lucas, avec l'accord de la police, organisent une collecte de dons.

«Nou pe gagné kas-la. Mé li pa pe sifi pou kapav pey sa faktir-la.» Sans compter que l'enfant devra subir d'autres examens médicaux et continuer les traitements.

Entre-temps, Sandrine et Lucas, avec l'aide financière de leur proche, ont pu trouver refuge dans une guesthouse non loin de l'hôpital, en attendant leur retour pour le 16 juillet.

«Nous ne savons plus quoi faire, vers qui aller, ni quelle porte frapper. Nous risquons de nous retrouver à la rue faut d'argent... »

La maman, désorientée, se trouvant seule à Bangalore avec son fils malade, a également d'autres soucis. Elle a laissé son deuxième fils, qui souffre d'un handicap depuis la naissance, avec son mari à Maurice. «Mo latet fatigé ek tou sa problem-la.»

Elle fait ainsi appel à la générosité des Mauriciens, au nom du petit Lucas...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.