Burkina Faso: Dialogue gouvernement/ syndicats - L'UAS ne renonce pas à ses préalables

Photo: fasozine
e Premier ministre Christophe Dabiré a reçu en audience le vendredi 5 juillet 2019 à la primature, une délégation de l'Unité d'action syndicale ( UAS ) . Selon le chef du gouvernement, il s'est agi de présenter le calendrier d'une éventuelle reprise des négociations entre le gouvernement et les syndicats.

Le Premier ministre Christophe Dabiré a reçu en audience, l'Union d'action syndicale (UAS), le 5 juillet dernier, à la Primature. L'objectif de la rencontre était d'échanger avec les leaders des organisations syndicales, sur les conditions de la reprise des discutions qui étaient suspendues suite au désaccord entre le gouvernement et les syndicats, le 21 mai dernier.

Aussi, le gouvernement entend proposer la date du 22 juillet prochaine pour la reprise des discussions qui, faut-il le rappeler, se sont terminées en queue de poisson.

Après deux mois d'interruption, les discussions entre le gouvernement et les syndicats pourraient reprendre bientôt. Pour mémoire, le Premier ministre Christophe Dabiré, après sa nomination à la tête du gouvernement burkinabè, avait entrepris le dialogue gouvernement/syndicats.

Ces discussions s'étaient malheureusement terminées en queue de poisson le 21 mai dernier, suite aux conditions préalables qu'avaient posées les syndicats, concernant la généralisation de la suppression du prélèvement de l'UITS sur les indemnités et les primes des travailleurs du privé et de ceux des sociétés d'Etat.

En effet, Christophe Dabiré avait pris l'engagement de recontacter le syndicat, après avoir fait des investigations sur l'existence du dossier. Et c'est pari réussi, car le PM a, après examen et investigation sur le dossier, tendu la main aux syndicaux pour la reprise des négociations.

A en croire le chef du gouvernement, la rencontre du 5 juillet 2019 avait pour objet de se pencher sur les conditions de la reprise du dialogue gouvernement/syndicats dans les prochains jours.

Et c'est ainsi que Christophe Dabiré a, au cours de la rencontre, proposé la mise en place d'un comité technique restreint qui aura la lourde tâche d'examiner les conclusions du document qui a été élaboré en 2016. Pour la constitution du comité, le gouvernement dit attendre que le syndicat communique trois noms des ses membres.

« A l'issue des travaux du comité technique, chacune des parties aura le retour des conclusions qui seront faites par le comité et à partir du 22 juillet 2019, nous pourrions reprendre les discussions sur le cahier de doléances et plus précisément sur cette question de l'UITS», a-t-il indiqué.

Le PM a, en outre, précisé que ledit document sera transmis les tous prochains jours aux syndicats. « Et j'espère que la date du 22 juillet, telle que proposée par le gouvernement, nous permettra de nous asseoir à nouveau autour de la même table pour entamer les discussions », a-t-il laissé entendre.

De ce qui ressort, au cours de la rencontre, les organisations syndicales réunies autour de l'UAS auraient fait part au chef du gouvernement, des préoccupations sur la question de la sécurité des personnes et des biens.

Et Christophe Dabiré dit avoir pris acte. Il a souhaité revenir sur ces préoccupations, au cours des discussions afin de donner plus d'éléments de réponse qui pourraient rassurer davantage les syndicats. Des questions comme celles relatives à la réduction du train de vie de l'Etat et de la remise à plat des rémunérations des agents de l'Etat, n'ont pas été occultées.

En ce qui concerne la réduction du train de vie de l'Etat, le PM a, en effet, rassuré que la question avait fait l'objet d'un séminaire gouvernemental au cours duquel, le chef de l'Etat a donné des instructions claires aux différents ministres, qui devraient travailler au niveau de chaque département ministériel, pour faire en sorte qu'ils aient des avancées sur la nécessité de rendre les dépenses conformes aux recettes propres de l'Etat.

Pour lui, le dossier sur la remise à plat des rémunérations des agents publics a connu une avancée significative.

Christophe Dabiré se dit satisfait de l'état d'avancement de tous les dossiers qui ont fait l'objet d'instruction de la part du chef de l'Etat. « Nous ferons en sorte que d'ici la fin de l'année 2019, nous ayions des salaires qui soient conformes à notre capacité financière », a-t-il laissé entendre.

Le chef du gouvernement a rassuré les syndicats que les dossiers ne sont pas rangés dans les tiroirs. Il a souhaité qu'à la prochaine conférence nationale des forces vives de la Nation, le gouvernement aille dans la bonne direction avec un document qui prendra en considération, les préoccupations des partenaires sociaux.

Le président du mois de l'UAS, Bassolma Bazié, a, pour sa part, confirmé que la rencontre avait pour objectif de discuter sur les conditions de la reprise du dialogue qui a été rompu suite au refus des autorités de mettre au préalable sur la table des discussions, l'annulation du prélèvement de l'IUTS sur les primes et indemnités, des travailleurs du privé. A cette convocation, « nous avons écouté le gouvernement qui nous a livré un calendrier de la reprise des discussions », a-t-il précisé.

En effet, l'UAS, dans son ensemble, tient mordicus aux préoccupations qu'il juge urgentes et qui constituent les préalables, selon M. Bazié. Pour lui, une chose est d'avoir une amélioration sur les conditions de vie et de travail, une autre est de programmer des rencontres gouvernement/syndicats.

« Mais la chose qui compte pour nous et qui reste primordiale, c'est de rester en vie et en sécurité », a-t-il martelé. Trois préoccupations ont été soulevées ; il s'est agi du vote de la loi portant adoption du Code pénal qui, selon l'UAS, criminalise l'insurrection populaire.

Aussi, elle a rappelé les autorités sur le respect des conventions internationales au regard des affectations et des brimades diverses, des agents de l'Alliance police nationale (APN).

Le dernier point a concerné la mort de deux des leurs, de l'Organisation démocratique de jeunesse (ODJ) de la province du Yagha dont les corps sont présentement à la morgue en attendant une autopsie.

Le président du mois de l'UAS a estimé qu'étant donné que leurs camarades partaient pour la rencontre d'une autorité, toutes les dépenses pour l'autopsie et les funéraires, « devraient normalement, dans un Etat de droit et face à des autorités responsables, relever de l'Etat », a-t-il indiqué.

A son avis, les Burkinabè doivent être rassurés sur les questions de la liberté d'expression, d'aller et de venir ainsi que sur celle de la sécurité. « Car notre rôle régalien devant l'histoire, c'est de faire en sorte que les Burkinabè se sentent en sécurité.

Et si nous ne le faisons pas, on aurait manqué notre rôle de contre-pouvoir », a-t-il conclu. Dans la foulée, il a annoncé une conférence de presse le lundi 8 juillet prochain à 10h, à la Bourse du travail pour, dit-il, examiner profondément les différents éléments.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.