Cameroun: D'autres révélations sur le séjour tumultueux de Paul Biya en Suisse

8 Juillet 2019

Arrivé en Suisse, dès le samedi 22 juin par la route en provenance de France, le dictateur camerounais a par ruse, fait atterrir un avion dans lequel sa femme et lui - même ne se trouvaient pas, le dimanche 23 juin, à l'aéroport de Cointrin à Genève.

Lors des échauffourées, survenues dans le hall de l'hôtel Intercontinental, dans la nuit du mardi 25 juin, le tyran et sa compagne, se trouvaient tout simplement dans la clinique de Val-Mont , au- dessus de Montreux , un établissement spécialisé dans les traitements régénérateurs , qui rendent leur énergie aux grands de ce monde , dont plusieurs dignitaires des monarchies pétrolières du Golfe , qui y ont d'ailleurs leurs habitudes.

Les deux nuits précédentes, le couple avait été logé au Noga Hilton de Genève , par les bons soins du financier suisse, né à Khartoum au Soudan , des parents juifs - turques natifs d'Espagne .

Officiellement âgé de 96 ou de 97 ans (Car personne, même pas l'intéressé, ne connaît avec précision sa date de naissance) , on attribue à ce magnat de la finance internationale , qui est aussi le vice - Président du Congrès mondial Juif , les entrées du président camerounais dans les milieux ésotériques sionistes , mais aussi l'encadrement de ses services de sécurité , par des officiers en retraite de l'armée israélienne.

C'est d'ailleurs, le défunt maréchal Mobutu de l'ex- Zaïre, antérieur au dictateur camerounais dans l'amitié avec Nessim Gaon, qui effectua les présentations et recommandations entre les deux hommes.

C'est aussi à Mobutu , que Paul Biya devra de recruter l'ancien colonel de l'armée israélienne en retraite , créateur de la sinistre DSP au Zaïre , mais également du BIR , la garde prétorienne du tyran camerounais, depuis l'époque où en délicatesse avec les français , qu'il soupçonnait d'avoir à travers des officines gaullistes , trempé dans plusieurs tentatives de putsch ayant fait vaciller son trône dans la première moitié des années 1980 , il avait essayé en vain de confier sa sécurité rapprochée aux américains .

Ceux- ci ayant gentiment décliné l'offre, préférant en lieu et place du business, Mobutu le conseilla de se tourner du côté d'Israël, par le truchement du financier suisse.

Depuis, les équipements de la garde prétorienne du dictateur camerounais, sont commandés et livrés depuis Genève, grâce à l'entregent du milliardaire, qui se trouve aussi être le fournisseur et l'équipementier attitré de l'armée israélienne.

Mais qui donc, a mis la main sur l'or et le magot de Martin Belinga Eboutou ?

Le 8 mai dernier, alors que le corps sans vie de Martin Belinga Eboutou , l'ancien tout - puissant directeur du cabinet civil de la présidence , était à peine refroidi , quelqu'un de l'entourage présidentiel , muni des papiers d'identités et des codes des différents coffres du défunt , se présentait dans une banque genevoise , pour s'accaparer de 400 kilos d'or , d'une valeur marchande de 5 millions de dollars .

Le voleur qui n'a pas perdu son temps, a dès sa sortie de la banque commodément située à l'intérieur de l'aéroport, à en juger par les caméras de surveillance, pris à l'aide d'un passeport diplomatique au nom du défunt, le premier vol à destination de Bruxelles, où il a réussi à écouler l'or avec une facilité déconcertante.

Dès le lendemain, il va se pointer à la banque PNB Paribas Fortis, où les caméras de la banque vont l'identifier. N'ayant pas eu sa part du butin de la veille, un membre de la " firme " aurait vraisemblablement vendu la mèche.

Le voleur n'a pas eu accès au coffre, qui en plus de bijoux rares et diamants taillés, contiendrait selon les indiscrétions savamment distillés par les agents de CTIF (dispositif préventif belge de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme) la " modeste " somme de 17 millions d'euros.

Martin Belinga Eboutou, y avait ouvert ce compte lorsque la banque s'appelait encore la Belgolaise, et depuis son absorption par la BNP Paribas Fortis, il n'y avait plus effectué beaucoup de transactions.

Dans les deux cas , la police a été prévenue , et le voleur formellement identifié , qui était du récent voyage mouvementé du président camerounais , étant titulaire d'un passeport diplomatique, n'a pour l'instant pu être interrogé. Affaire à suivre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Africa Info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.