Afrique: Libre-échange en Afrique - Encore six pays à convaincre

Après la phase du lancement officiel de la zone de libre-échange continentale africaine, le président du Niger Mahamadou Issoufou, principal défenseur de l'initiative est appelé à persuader certains Etats réticents.

Dans l'interview exclusive qu'il a accordée à la Deutsche Welle, Robert Dussey le ministre togolais des Affaires étrangères et actuel président du Conseil de paix et sécurité de l'Union africaine se montre satisfait du lancement de la zone de libre-échange continentale africaine.

Cependant, il admet que des discussions seront menées pour convaincre certains pays encore réticents.

Ces pays composent un bloc appelé "G6" dont font partie certains pays de la SADC dont Madagascar et le Mozambique. "Cela n'est pas facile car certains pays ne sont pas prêts à lever les taxes sur des produits tels que l'huile que nous consommons et les engrais. Je peux vous citer le tourisme pour certains. Ces pays pourraient avoir des grandes difficultés s'ils lèvent les taxes sur leurs premiers produits d'exportation", reconnaît Robert Dussey.

"Une équipe technique de l'Union africaine ira discuter pour montrer comment ces pays peuvent trouver des moyens de gagner autrement que sur ces produits de base", rassure le ministre togolais des Affaires étrangères.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.