Niger: Mariages précoces - Témoigner pour sensibiliser

interview

Le Niger fait partie des pays africains où le taux de prévalence des mariages précoces dépasse les 76 %. Une survivante témoigne.

L'étudiante nigérienne Chaibou Bissala Balkissa est une "survivante" du mariage précoce. Nous l'avons rencontrée à Dakar lors du au premier sommet africain sur les mutilations génitales féminines et le mariage d'enfants.

Bonjour ! Vous êtes étudiante en 4e année de médecine à l'Université Abdou Moumouni de Niamey. Comment expliquer votre présence à ce sommet de Dakar ?

Je suis venue ici pour faire un témoignage. C'est pour que les autres jeunes filles qui sont, ou bien qui vont être dans la même situation que j'ai vécue sachent qu'il y a une solution. C'est un combat que j'ai commencé à mener depuis l'âge de 12 ans et aujourd'hui j'ai 24 ans et je compte le continuer parce que chaque fois que j'en parle, j'ai mal mais... je continue à le faire.

Racontez-nous votre histoire.

Tout a commencé quand j'étais en 3ème. Ma famille voulait célébrer mon mariage. Et là, je n'ai pas annulé le mariage tout de suite. J'ai négocié avec mes parents pour qu'on me laisse commencer la classe de seconde, comme ça, après, pendant les vacances, on aurait pu faire le mariage. Et j'aurais pu poursuivre mes études jusqu'à ce que j'obtienne mon baccalauréat. Quand j'ai fait la proposition à ma belle-famille, ils ont été catégoriques : ils ne voulaient pas de mes études et je leur ai montré mon mécontentement mais personne ne m'écoutait. Qui me mettait la pression ? C'était mon oncle. Puis après, j'ai parlé à mon papa. Je lui ai expliqué. Il m'a dit que lui, il voulait qu'on célèbre le mariage pour renforcer les liens de famille. Je suis partie voir mon directeur d'école. Je lui ai expliqué la situation et ce dernier m'a vraiment comprise. Il m'a emmenée au CAJAC (le Centre d'assistance juridique et d'assistance citoyenne). C'est le CAJAC qui a monté un dossier pour aller au Tribunal de grande instance de Niamey. Le procureur a fait comprendre à ma famille que je suis mineure et que je veux continuer mes études.

Aujourd'hui, êtes-vous prête à pardonner ?

Pardonner ? J'essaie. Aujourd'hui, mon ambition depuis le début, c'était de devenir médecin. Ou d'être professeure agrégée, enseignante-chercheuse à la faculté et de pouvoir créer une organisation de lutte contre les mariages forcés et précoces qui sont toujours d'actualité dans mon pays en particulier et en Afrique en général.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.