Congo-Kinshasa: Pérenniser l'action

« Toute personne a droit à un environnement sain et propice à son épanouissement intégral. Elle a le devoir de le défendre. L'État veille à la protection de l'environnement et à la santé des populations », renseigne la Constitution de 2006, telle que modifiée par celle de 2011, en son article 53.

Cela revient à dire que l'exécution de l'opération "Kinshasa Bopeto", dont le lancement est prévue en août prochain, pour assainir la capitale congolaise, revêt une importance capitale.

Dès son entrée en fonction, le nouveau gouverneur de Kinshasa a fait de la salubrité de la capitale congolaise son cheval de bataille, mieux l'une de ses priorités.

Son programme d'assainissement vient de bénéficier de fonds pour ce faire. Chacune des municipalités de Kinshasa est dotée de 17 millions de francs congolais.

En effet, connue jadis sous le label «Kin-la-Belle», aujourd'hui, pour ironiser la ville, porte l'hideux qualificatif de «Kin-la-poubelle», par le simple fait de l'insalubrité et des décharges sauvages qui jonchent la ville.

L'autorité urbaine a ainsi appelé les bourgmestres de 24 communes à mobiliser la population pour la réussite de l'opération "Kin-Bopeto".

Fixé à environ 2 milliards de dollars américains sur cinq ans, le programme d'assainissement de Kinshasa se base sur cinq grands axes.

Il s'agit de l'amélioration de la gouvernance et du rétablissement de la sécurité ; de la protection de l'environnement et de l'assainissement de la ville ; de la modernisation des infrastructures de base, du développement des activités économiques et de la création d'emplois ; ainsi que de l'amélioration de la qualité et de l'accès aux services sociaux de base.

On ose croire que les autorités urbaines et municipales, censées remettre de l'ordre dans ce secteur vital, ne se sentiront pas débordées par cette question reléguée, depuis plusieurs décennies, au second plan. Alors que l'insalubrité a pris des proportions inquiétantes dans la ville de Kinshasa.

C'est ici aussi que le slogan "Le peuple, d'abord" doit devenir une réalité, car les conséquences ne sont plus à démontrer allant des maladies respiratoires et paludisme à la mort, en passant par les maladies des mains sales et des odeurs nauséabondes.

Et afin de redorer l'image de la capitale, il convient de pérenniser cette dotation de fonds aux communes. Seulement, la gestion orthodoxe de la cagnotte est une autre paire de manches.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.