Sénégal: Les ICS sont mises en demeure de prouver que leurs déchets ne sont pas toxiques

Khondio — Les Industries chimiques du Sénégal (ICS) sont mises en demeure de prouver, dans un délai d'un mois et demi, que les produits qu'elles déversent en mer, au large de Khondio (ouest), ne sont pas toxiques, a-t-on appris mardi du ministre de l'Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall.

Après avoir reçu des informations relatives à une cohabitation difficile entre les ICS et les habitants de Khondio, village situé dans la région de Thiès, Abdou Karim Sall a visité le site sur lequel le fabriquant de produits chimiques déverse ses déchets.

Il était accompagné des techniciens de son ministère, des autorités administratives de la région de Thiès et des responsables des ICS.

Selon M. Sall, les ICS doivent, avant la fin de la première quinzaine du mois d'août, prouver que les déchets liquides qu'elle déverse dans l'océan ne sont pas nocifs, comme elle l'affirme.

En même temps, le ministère de l'Environnement et du Développement durable va faire un contrôle "a posteriori", pour confirmer ou infirmer la version de l'entreprise, selon Abdou Karim Sall.

Après une visite des installations des ICS à Khondio, il a eu des entretiens à huit clos avec les responsables des ICS et des habitants du village.

M. Sall a demandé aux responsables de l'usine de produits chimiques de traiter les eaux avant de les déverser en mer ou délocaliser son site de déversement de déchets, loin du village de Khondio.

Il faut "rassurer" les habitants de Khondio, dit le ministre de l'Environnement et du Développement durable. Selon lui, la délocalisation du dépotoir est la solution la plus rassurante, aussi bien pour les villageois que pour le ministère, en attendant les résultats des prélèvements effectués.

S'il est prouvé que les déchets sont toxiques, "nous allons demander immédiatement aux ICS de [les] déverser dans la mer", assure Abdou Karim Sall.

Les habitants de Khondio ont profité de la visite du ministre de l'Environnement et du Développement durable pour inviter les ICS à faire davantage d'efforts dans le domaine social, selon Abdou Karim.

Les Industries chimiques sénégalaises ont "pris bonne note" de cette demande, dit-il.

Lors de la visite de M. Sall, des habitants de Khondio, debout le long de la piste qui traverse leur village, portaient des foulards rouges en guise de mécontentement envers les ICS.

Selon Issa Ka, un jeune habitant de Khondio et étudiant en droit, l'endroit choisi par les ICS comme décharge était un site touristique. Le site est abandonné aujourd'hui en raison de sa pollution, dit M. Ka.

"Les installations des Industries chimiques sénégalaises affectent la santé des populations, et les déchets qu'elles déposent près de Khondio sont nuisibles pour l'élevage et l'agriculture, les principales activités de la zone", soutient M. Ka.

"Les déchets s'infiltrent dans le sol et contaminent la nappe phréatique", dit-il, ajoutant que cela provoque la diarrhée chez les enfants du village.

"Beaucoup de bêtes meurent pendant l'hivernage après avoir brouté l'herbe contaminée par ces produits", signale Issa Ka.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.