Ile Maurice: Valetta - Akesh Sunny Jhaumal, de cleaner à directeur d'entreprise en Irlande

Il a toujours cru que l'Irlande serait pour lui un eldorado. Pour justifier son envie d'y rester, Akesh Sunny Jhaumal a bravé les risques d'expulsion, ayant prolongé son séjour d'étudiant bien au-delà de la limite autorisée.

Il n'aurait jamais imaginé, lorsqu'il a quitté son pays natal pour des études en business management en Irlande, que ces études développeraient en lui l'envie de lancer son propre business. Après huit ans, un projet qui ne figurait pas dans son plan de vie est devenu réalité.

L'ancien résident de Valetta, qui est actuellement en vacances à Maurice, est aujourd'hui directeur d'une entreprise qui offre des services de nettoyage à des clients tant commerciaux que résidentiels à Dublin. Toutefois, la vie ne lui a pas tout donné sur un plateau. Il a dû se battre avant de rencontrer le succès. Âgé de 39 ans, ce père de famille a longuement lutté pour se faire sa place en Irlande.

Son aventure irlandaise commence en 2006. Akesh Sunny Jhaumal opte pour des études supérieures en business management. Pour pouvoir payer ses frais universitaires et son loyer à Dublin, il est obligé de combiner études et travail. La seule ouverture qui se présente à lui est la possibilité de travailler comme cleaner dans un hôpital. C'est ce qui lui permet de se faire un peu d'argent.

Après les études qui ont duré près de cinq ans, notre interlocuteur décide de rester à Dublin pour travailler. Ce faisant, il prend de gros risques. C'est en 2012 que les risques associés à son choix de rester illégalement en Irlande après ses études vont surgir.

À l'origine, la promulgation d'une nouvelle législation qui pénalise les étudiants étrangers. Cette loi stipule que tout étudiant étranger étant demeuré en Irlande plus de sept ans doit quitter le pays. C'est son cas. Akesh Sunny Jhaumal ne baisse pas les bras pour autant face à cette nouvelle situation.

Il commence par faire une demande de visa. En attendant que sa demande soit avalisée, il risque à tout moment de se faire expulser. Mais les choses vont dans le bon sens pour lui car en 2014, il parvient à obtenir son visa. Ayant acquis de l'expérience dans le domaine du nettoyage, il décide alors de se lancer dans les affaires à Dublin.

Avant son départ pour l'Irlande, cet homme issu d'une famille modeste exerçait en tant que conseiller financier à la British American Insurance. Il a vite compris que pour améliorer sa situation, il était important d'avoir un diplôme. C'est là qu'il est parti pour l'Irlande.

«Je voulais poursuivre mes études car les études secondaires ne suffisaient pas. Mais une fois à l'étranger, je me suis rendu compte que c'était plus difficile que je ne l'imaginais. J'ai dû travailler comme cleaner pendant sept ans. Et en Irlande, les étudiants ne peuvent travailler que 21 heures par semaine. C'était vraiment difficile mais j'ai persévéré», fait-il valoir. Marié à Renata, qui est Polonaise, et cogérante de son entreprise, Akesh Sunny Jhaumal est père de deux fils. Lui, qui l'a démarrée avec son épouse il y a cinq ans, est aujourd'hui à la tête d'une entreprise spécialisée dans le nettoyage de maisons, d'entrepôts et de magasins. Ses employés sont dénombrés à 15.

«Ma femme et moi avons investi dans les équipements. Nous nettoyons tout, des tapis aux planchers en bois en passant par les fours et les salles de bains. Nous nettoyons également tous les sols en vinyle, marbre, granit etc. Quand j'ai démarré, j'ai attendu deux semaines avant d'avoir mon premier client. Aujourd'hui, les affaires marchent grâce au bouche-à-oreille. Nous avons décroché de gros contrats. Les clients sont satisfaits à cause de la qualité et de la garantie que le nettoyage sera impeccable», confie-t-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.