Libye: Les migrants du centre de Tajoura ont été libérés

Les suites de l'attaque du centre de détention pour migrants de Tripoli.

Le gouvernement a annoncé ce mardi la libération de plus de 300 migrants qui se trouvaient dans un centre de détention en banlieue de Tripoli. Il s'agit du centre de Tajoura qui a été bombardé la semaine dernière, faisant au moins 44 morts.

Une semaine après la frappe aérienne qui a touché deux hangars du centre de détention de Tajoura, les autorités libyennes ont annoncé la libération des migrants qui y étaient détenus. Ils sont environ 300, dont une vingtaine de femmes, en majorité des Érythréens, des Soudanais, des Somaliens et des Syriens.

Selon nos informations, la majorité des migrants aurait choisi de quitter le camp. Dans la soirée, ils se dirigeaient à pied vers Tripoli, à 45 km de là. Quelques-uns seraient toutefois restés dans le centre.

Cette libération n'était apparemment pas prévue : hier soir, le Haut Commissariat aux réfugiés, qui avait demandé la fermeture du centre, a remercié les autorités libyennes. Il a ajouté que ces migrants pourraient accéder à leur centre d'assistance pour y recevoir une aide médicale et financière.

La crainte est désormais que ces derniers se retrouvent coincés en Libye, sans aucune protection, et deviennent la proie de trafiquants et de miliciens.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.