Seychelles: La Commission des thons de l'océan Indien adopte des mesures proposées par les Seychelles pour réduire les déchets marins et les dommages causés aux récifs

La Commission des thons de l'Océan Indien (CTOI) a adopté les nouvelles mesures proposées le mois dernier par les Seychelles pour améliorer la gestion des dispositifs de concentration du poisson (DCP).

Les Seychelles ont présenté leurs propositions à la 23e réunion annuelle de la commission, tenue à Hyderabad (Inde) du 17 au 21 juin. La proposition vise à appliquer la résolution 18/08 afin d'atténuer l'impact écologique associé aux DCP dérivants, en particulier en ce qui concerne la pollution marine et les dommages causés aux récifs coralliens.

Les DCP sont des objets flottants conçus pour attirer les poissons pélagiques tels que le thon.

"Selon la résolution, les navires n'étaient pas autorisés à déployer plus de 350 DCP actifs, mais certains navires choisissent de déployer leurs DCP puis d'éteindre leurs signaux de transmission", a déclaré Vincent Lucas, responsable des pêches de l'Autorité des pêches des Seychelles (SFA).

En vertu de la nouvelle résolution 19/02, le nombre maximal de DCP déployés simultanément a été réduit à 300. Le nombre total pouvant être acquis par un navire en une année étant de 500.

Au cours de la réunion du mois dernier, les Seychelles ont proposé trois autres amendements aux résolutions existantes de la CTOI, qui ont également été approuvés par les membres.

M. Lucas a expliqué que les Seychelles avaient "observé quelques lacunes dans certaines des résolutions qui, à notre avis, pourraient être resserrées grâce à nos amendements proposés".

Les membres de la CTOI ont voté en faveur d'un autre amendement présenté par les Seychelles, relatif à l'affrètement de navires, dans lequel le pays insulaire voulait faire en sorte que l'affrètement ne soit pas utilisé comme mécanisme de transfert temporaire pour accroître la capacité de pêche d'un navire.

"Il existe une résolution qui permet aux pays d'affréter un navire de pêche de parties contractantes et de parties non contractantes coopérants, mais nous avons trouvé une échappatoire", a déclaré Jude Talma, secrétaire principal chargé de la pêche.

Il a ajouté que les propriétaires de navires utilisaient la résolution d'une manière préjudiciable à d'autres résolutions existantes, telles que le quota d'albacore.

M. Talma a déclaré que "certains des navires pêchant dans les eaux des Seychelles cherchaient à affréter leurs navires à Madagascar parce que Madagascar n'avait pas de quota et qu'ils auraient donc pu pêcher une quantité excédentaire d'albacore".

Il a déclaré que cela allait à l'encontre de la résolution adoptée en 2017 visant à reconstituer le stock de thon albacore de l'océan Indien.

Les membres de la CTOI ont également accepté la proposition des Seychelles concernant la résolution 17/04, qui interdit la mise au rebut des captures accessoires capturées par les senneurs.

L'adoption de la résolution en 2017 a obligé les navires à amener au port des espèces non ciblées. Ces espèces pourraient contenir des toxines, qui finiraient par se retrouver dans les décharges lorsque les espèces non ciblées sont jetées.

Après la modification, les navires sont autorisés à jeter les espèces pouvant contenir des toxines ou un niveau élevé de présence en mer.

Les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, ont également proposé un amendement visant à renforcer la résolution 15/04 concernant le registre de la CTOI du navire autorisé à opérer dans la zone de compétence de la Commission.

Le nouvel amendement introduit une mesure visant à clarifier les informations obligatoires devant être soumises au secrétariat de la CTOI. Il veille également à ce que les navires de moins de 100 tonnages bruts, d'au moins 12 mètres de longueur et éligibles pour l'enregistrement à l'Organisation maritime internationale (OMI) le fassent.

Les navires étant identifiés par leur numéro OMI, il sera plus facile de surveiller, contrôler et assurer la surveillance, en particulier en ce qui concerne la pêche illicite, non déclarée et non déclarée (INN) et le transfert de propriété.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.