Nigeria: Heurts entre manifestants chiites et forces de l'ordre à Abuja

Officier de la police au Nigeria

Une quarantaine de manifestants chiites ont été arrêtés ce mardi à la suite de heurts avec des forces de sécurité à proximité de l'Assemblée nationale. Deux manifestants seraient morts dans les rangs du mouvement chiite tandis que la police déplore deux blessés, des officiers touchés par balle.

En s'approchant de l'une des principales institutions fédérales, le Mouvement islamique du Nigeria s'est lancé dans un nouveau défi frontal. Des membres du MIN auraient tenté de pénétrer de force dans l'enceinte de l'Assemblée nationale. C'est ainsi que la police justifie son usage de la force. Des témoins oculaires disent que le cortège était maintenu à distance par des forces antiémeute.

Les chiites promettent d'ailleurs de répéter les marches jusqu'à la libération de leur leader, Ibrahim Zakzaky. Le cheikh est détenu depuis décembre 2018 à la suite de clashs répétés avec l'armée nigériane. Son procès est sans cesse reporté depuis plusieurs mois.

Ibrahim Zakzaky serait en mauvaise santé, selon son avocat Me Femi Falana. Mais les autorités nigérianes considèrent le leader chiite comme une menace à l'ordre public, et refusent d'appliquer des décisions de justice ordonnant sa libération conditionnelle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.