Burkina Faso: Lutte contre le mariage d'enfants

Photo: Sidwaya
Des petites filles

Le palais royal de Tenkodogo a servi de cadre pour la cérémonie de remise d'écharpe à Naaba Guiguempolé, roi de Tenkodogo, désigné champion national pour la promotion de la scolarisation des filles et de la lutte contre le mariage d'enfants, le samedi 6 juillet 2019.

Pour se donner les chances d'opérer des changements de comportements au sein des populations, un forum des leaders religieux et coutumiers de l'Afrique de l'Ouest francophone et du Tchad a été organisé, en juillet 2018, dans la capitale du pays des Hommes intègres, Ouagadougou.

Consciente que la religion et les traditions africaines ne promeuvent que le bien être de l'Hommes, l'Union des religieux et coutumiers du Burkina Faso pour la promotion de la Santé et le développement (URCB /SD) a bâti sa stratégie sur ces ressources inestimables peu ou mal exploitées.

Au cours duquel forum, le Naaba Guiguempolé, roi de Tenkodogo a été désigné champion national de lutte contre les mariages d'enfants et de son engagement pour la promotion de la scolarisation des filles.

Cette distinction, placée sous le thème : «La lutte contre les mariages des enfants et pour la promotion de la scolarisation des filles», s'est traduite par la matérialisation concrète de la remise de l'écharpe de champion national au Naaba Guiguempolé, le 6 juillet dernier.

Une foule nombreuse a fait le déplacement de la cour royale pour la circonstance. «L'écharpe est le signe de votre engagement pour des causes nationales et aussi une invite à faire plus.

Je ne doute point de votre capacité et je demande au seigneur de vous inspirer et de vous donner la force pour mériter cette distinction», a déclaré le parrain, Moïse Napon.

Naaba Guiguempolé, roi de Tenkodogo a précisé qu'au-delà de son caractère festif, la cérémonie est pour lui, une charge et une responsabilité à accompagner toute action de lutte contre le mariage des enfants et toute action de promotion de l'éducation des filles.

Il a toutefois précisé que l'éducation et l'encadrement des générations dont les filles, a toujours été une préoccupation de la chefferie coutumière, en témoigne l'affectation d'un portefeuille ministériel à ce domaine dans beaucoup de royaumes.

Le roi de Zoungrantenga a réitéré ses bénédictions au peuple courageux et intègre du Burkina Faso pour lequel, il implore le Tout-puissant et les mânes des ancêtres, afin qu'ils lui accordent avantage, sécurité, paix, cohésion sociale, unité nationale et stabilité.

«Les chefs coutumiers sont des personnes influentes qui peuvent apporter un changement fondamental dans la société. Une personnalité comme le roi de Tenkodogo, a une force d'opinion et une puissance pour communiquer les changements nécessaires car, il connaît la culture, l'histoire de son peuple et de sa vie.

Il peut faire toutes les jonctions nécessaires pour que la transformation puisse avoir lieu. Ce sont ces genres de personnalités qu'il faut mettre au-devant pour permettre au peuple de recouvrer les valeurs et de ne pas confondre le superficiel que parfois nous prenons comme valeur de la société», a confié le parrain, Moïse Napon.

Le coordonnateur national de l'URCB, Guibrina Ouédraogo, a aussi indiqué que depuis la création de l'URCB/SD, le roi a toujours été à leurs côtés à travers ses conseils et ses actions.

«Nous attendons des populations, qu'elles abandonnent la pratique néfaste qu'est le mariage forcé qui a des conséquences sur la vie des filles, arrête la scolarisation des enfants et amène des situations déplorables dans la vie des femmes», a déclaré Guibrina Ouédraogo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.