9 Juillet 2019

Sénégal: L'UNESCO mise sur les médias pour autonomiser les jeunes

Dakar — L'UNESCO a lancé officiellement ce mardi le programme "autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication", un projet régional visant à donner aux jeunes garçons et filles les moyens de prendre des décisions éclairées sur les questions migratoires grâce à un meilleur accès à l'information.

La cérémonie de lancement s'est déroulée au siège de l'UNESCO à Dakar, en présence du directeur du bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'ouest, à Dakar, Dimitri Sanga, du coordonnateur du fonds CEDEAO/Espagne sur la migration et le développement, Ismaila Dangou et du directeur de la communication, Ousseynou Dieng.

Etaient également présentes d'autres personnalités marquantes telles que l'ambassadeur de la république d'Italie à Dakar, Francesco Paolo Venier, ou encore la présidente du Conseil national de la jeunesse au Cameroun, Fadimatou Iyawa Ousmanou, entre autres.

Ce projet d'une durée de trois ans est une initiative de l'UNESCO et couvre huit pays membres de l'Afrique et du centre que sont le Cameroun, la Cote d'Ivoire, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigéria et le Sénégal.

Il est soutenu par l'Agence italienne pour la Coopération au Développement(AICS) qui accepté de le financer entièrement à hauteur de 3 millions d'euros.

Selon le directeur du bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'ouest, à Dakar, Dimitri Sanga "le projet vise à donner aux jeunes garçons et filles les moyens de prendre des décisions éclairées sur les questions migratoires grâce à un meilleur accès à une information de qualité".

"En conséquence, le projet contribuera à renforcer la capacité des professionnels des médias à rendre compte de la migration tout en promouvant des normes et des bonnes pratiques en matière des droits de l'homme et des approches sexospécifiques et inclusives de la couverture dans les pays ciblés", a-t-il indiqué.

A l'en croire, "malgré le regain d'attention porté par les médias, sur la question migratoire, ceci s'arrête souvent à une description superficielle des facteurs de migration ou des migrants eux même".

Or, "l'accès à l'information crédible de qualité constitue un droit qui renforce l'autonomisation des jeunes dans leur prise de décision en lien avec la migration", a-t-il fait savoir.

"C'est pour cela que les médias publics, privés ainsi que les médias communautaires, doivent être renforcés pour promouvoir une meilleure compréhension du phénomène migratoire  mais également protégés dans leur volonté de couvrir certains aspects de la migration comme la violation des droits des migrants ou le trafic d'êtres humains", a-t-il laissé entendre.

Pour sa part, le directeur de la communication, Ousseynou Dieng a souligné que ce projet sera "voué à l'échec s'il ne prend pas en compte la réalité sociologique des pays concernés", préconisant pour ce faire, "l'implication de tous les types de média pour que toutes les couches sociales, quelles que soient leurs langues ou localités, soient atteintes".

Sénégal

CAN 2019 - La CAF change l'arbitre de la finale

Ayant désigné dans un premier temps, l'arbitre Sud-Africain Victor Gomes pour la finale de la CAN 2019, la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.