Afrique du Nord: Le Maroc réitère son engagement en faveur de la lutte contre le racisme

Intervention du délégué interministériel aux droits de l'Homme devant le CDH

Le délégué interministériel aux droits de l'Homme, Ahmed Chaouqui Benyoub, a réitéré, lundi, devant le Conseil des droits de l'Homme à Genève, l'engagement constant du Maroc en faveur de la lutte contre le racisme et la discrimination sous toutes leurs formes.

Intervenant lors du dialogue interactif avec la rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines de racisme, de xénophobie et d'intolérance, Tendayi Achiume, le délégué a mis en avant l'interaction positive et permanente du Maroc avec les procédures spéciales, les mécanismes des Nations unies et le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme à la faveur des réformes engagées dans le Royaume pour la consécration des droits de l'Homme et le renforcement des libertés fondamentales.

Revenant sur le rapport de Tendayi Achiume au sujet de sa visite au Maroc en décembre 2018, il a souligné l'appréciation exprimée par la rapporteuse spéciale quant à la coopération des autorités marocaines qui ont facilité sa mission, ainsi que son évaluation positive dans laquelle elle affirme que cette visite s'est déroulée dans des conditions garantissant sa liberté de mouvement sans aucune restriction.

De même, a-t-il noté, le rapport a salué la consécration constitutionnelle au Maroc des principes d'égalité et de non-discrimination, ainsi que l'intégration de la langue amazighe dans tous les domaines de la vie publique en tant que langue officielle du Royaume.

Le rapport s'est félicité également de la diversité culturelle et religieuse de la société marocaine et des efforts fournis pour promouvoir les droits de l'Homme, notamment dans le domaine de consolidation de l'égalité et de l'élimination du racisme et de la discrimination raciale, d'autant plus que la visite du rapporteur spécial a coïncidé avec des réformes structurelles aux niveaux juridique et institutionnel, dont certaines sont entrées en vigueur, alors que d'autres sont en phase de concrétisation, a souligné Ahmed Chaouqui Benyoub.

Le document s'est réjoui, par ailleurs, du rôle prépondérant des institutions nationales, en particulier le rôle du Conseil national des droits de l'Homme, dans la protection des droits de l'Homme et la promotion de l'égalité, tout en soulignant l'importance des politiques publiques élaborées conformément aux engagements du Royaume en vertu de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, a-t-il relevé.

Outre le rôle pionnier du Maroc en matière de migration aux niveaux national, régional et international et son engagement en faveur de la protection des droits humains des migrants et des réfugiés dans le cadre de la nouvelle politique migratoire lancée par le Royaume en 2013, le rapport a souligné les efforts déployés par le Maroc pour prévenir la radicalisation religieuse et diffuser les valeurs de tolérance, a-t-il enchaîné.

Le délégué interministériel aux droits de l'Homme a saisi cette occasion pour réitérer le choix indéfectible du Maroc d'interagir avec les titulaires de mandat au titre de la procédure spéciale, dans le cadre d'une synergie marquée par le sérieux, l'accompagnement régulier et la pleine coopération.

Après avoir rappelé que la visite de Tendayi Achiume est la 12ème visite des procédures spéciales dans le Royaume, il a noté qu'un tel choix repose sur une pratique basée sur la clarté et une interaction réaliste.

«Par conséquent, tout en étant déterminés à respecter nos engagements internationaux, nous tenons à exprimer nos commentaires et nos points de vue» a-t-il fait observer.

Dans un «complément de réponse» à certains aspects du rapport», Ahmed Chaouqui Benyoub a insisté sur la richesse et la diversité des affluents de l'identité marocaine ainsi que sur l'attention portée à la préservation des droits de toutes les composantes de la société marocaine.

Il a rappelé, d'autre part, que «les autorités marocaines avaient proposé à la rapporteuse spéciale de se rendre dans les provinces du Sud du Royaume pour s'informer de près des acquis et des efforts déployés sur le terrain, mais elle en a décidé autrement».

«En effectuant cette visite, le rapporteur spécial aurait pu constater un fait notoire : plus de 70% des postes de responsabilité dans des institutions représentatives et administratives sont assumés par les fils des provinces du Sud», a-t-il dit.

Il a fait observer, à cet égard, que « la rapporteuse spéciale, en raison de son emploi du temps, n'a visité que quatre grandes villes, ce qui ne lui a pas permis d'avoir une vision réaliste concernant l'intégration des zones et des régions», mettant en avant les programmes et la taille des budgets alloués pour remédier aux disparités territoriales.

Lors de cette rencontre à laquelle a assisté l'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l'Office des Nations unies à Genève, Omar Zniber, le délégué interministériel aux droits de l'Homme a rappelé certains chantiers et réformes lancés au Maroc pour la consécration des droits de l'Homme et l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.