Cameroun: Lutte contre les accidents de la route - Sale temps pour les mauvais chauffeurs

Le ministre des Transports a annoncé des mesures fortes mardi 9 juillet 2019 au cours d'une réunion de rappel à l'ordre avec les promoteurs des compagnies de transport routier interurbain.

Le ministre des Transports, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, ne veut plus compter les morts sur nos axes routiers. Il est monté au créneau au cours d'une réunion de concertation avec les promoteurs des compagnies de transport routier interurbain mardi 9 juillet 2019 à Yaoundé. Et des mesures fortes ont été prises pour réduire considérablement les accidents de la route. Ainsi, il en ressort que les conducteurs qui seront désormais pris en excès de vitesse seront sanctionnés par la suspension de leur permis conduire et le retrait de ceuxci en cas de récidive. De nouveaux radars semi-portatifs de dernière génération viennent d'être acquis par le ministère des Transports.

Ceux-ci seront mis à contribution dans les tout prochains jours pour lutter contre les accidents de la circulation liés à l'excès de vitesse. De même, des décentes inopinées seront régulièrement effectuées sur les axes routiers et dans les différents terminaux par les services compétents pour s'assurer de la conformité des équipements, entre autres. Un accent particulier sera mis sur la tenue du planning de rotation des chauffeurs et sur l'existence de salles de repos, sur le respect de la catégorie du permis de conduire de chaque chauffeur.

Des compagnies de transport routier interurbain n'ayant pas cru devoir régulariser leur situation administrative après la vaste campagne d'audit qui s'est déroulée sur l'ensemble du territoire national en février dernier restent suspendues. Ces dispositions découlent d'un constat amer de la situation accidentogène observée ces derniers jours sur nos axes routiers. Dans le cadre de la phase opérationnelle répressive des radars fixes récemment lancée par le ministère des Transports, l'on a dénombré en l'espace de sept jours 8 000 cas d'excès de vitesse dans la troisième phase contre 3000 cas dans la première phase et 1 000 dans la seconde.

Au-delà de cette mise en garde, les promoteurs ont pu apporter quelques esquisses de solution afin de limiter le nombre de morts sur les axes. Ces derniers, ont reconnu tous les reproches qui leur ont été faits. De manière unanime, ils ont souligné un manque criard de partage d'expériences entre eux, et sollicité un recyclage de tous les chauffeurs, la mise sur pied d'un système de cracking, une plateforme d'échange etc. le ministre, dans son propos de fin a recommandé que tous leurs personnels soient affiliés à la Cnps. Il a également prescrit le respect scrupuleux des règles de circulation routière aux chauffeurs à travers une cause contractuelle en bonne et due forme

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.