Burkina Faso: Politiques publiques de développement - Pour une prise en compte du secteur du froid

10 Juillet 2019
analyse

Les organisations professionnelles du froid du Burkina Faso ont commémoré la première journée mondiale du froid, le 26 juin 2019, à Ouagadougou. De fortes recommandations en vue de la dynamisation du secteur au pays des hommes intègres ont sanctionnée cette commémoration.

Le froid est un maillon clé de la chaîne de production agricole et industrielle. A cet égard, l'organisation, la dynamisation et le développement de ce secteur est plus qu'une nécessité pour des pays sahéliens comme le Burkina Faso. Afin d'atteindre cet objectif, les organisations professionnelles burkinabé du froid ont indiqué la voie à suivre, à travers des recommandations formulées lors de la commémoration de première journée mondiale du froid (JMF), le 26 juin 2019, à Ouagadougou, sous le thème : « le froid pour le développement socio-économique de l'Afrique ».

Les professionnels du froid ont préconisé qu'une place de choix soit accordé au secteur en l'intégrant dans les politiques et les stratégies de développement et à travers la mise en place d'un cadre juridique favorable pour le développement du froid, la construction d'infrastructures frigorifiques au niveau des zones de production et de consommation. Et cela doit se faire en impliquant les organisations professionnelles dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques en la matière. Il convient également d'engager une réflexion sur la détaxation et/ou l'exonération du matériel et des équipements frigorifiques qui ne constituent pas un luxe mais une nécessité pour assurer le développement socio-économique du pays, ont-ils suggéré. Les organisations de la journée ont également invité les acteurs directs du froid à une synergie d'actions au niveau national, régional et international mais aussi à se doter d'une plan de renforcement des capacités des techniciens du froid. Et d'ajouter qu'il faudrait faire l'état des lieux du secteur au Burkina Faso, mettre en place un groupe de travail et institutionnaliser la JMF.

Selon les organisateurs, le Burkina est le seul pays africain à avoir donné un cachet particulier à la commémoration de cette journée. L'objectif, pour eux, est de faire de Ouagadougou la capitale africaine du froid. Pour le promoteur de cette journée au pays des hommes intègres, Madi Sakandé, par ailleurs expert des Nations-Unies en froid et changement climatique, plus qu'en Occident, le secteur du froid est incontournable pour le développement socio-économique de l'Afrique. Raison pour laquelle, il convient de sensibiliser les acteurs du développement à prendre à bras le corps la problématique du froid, a-t-il conclu. Outre la Burkina Fao, la commémoration de la JMF a connu la participation des délégations venues de la Côte-d'Ivoire, de la République Démocratique du Congo et du Niger.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.