Congo-Kinshasa: Kabila - Bahati - La rupture !

11 Juillet 2019

Suspendu pour une durée indéterminée du FCC (Front Commun pour le Congo), le mardi 09 juillet 2019, au terme de la conférences des présidents de ce regroupement politique, pour cause de non respect de la consigne de l'ancien Chef de l'Etat, Joseph Kabila, exigeant une adhésion totale des cadres de sa famille politique à la candidature d'Alexis Thambwe Mwamba à la présidence du futur bureau du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo a décidé de claquer la porte.

Cette décision a été formellement endossée hier mercredi 10 juillet 2019 par la conférence des présidents, élargie aux personnalités, sénateurs, députés nationaux et provinciaux de son regroupement politique.

C'est donc la rupture entre Joseph Kabila, « Autorité morale » du FCC, et Modeste Bahati, « Autorité morale » de l'AFDC-A. Livrant la substance de ce que d'aucuns considèrent comme la réunion consacrée à la crise qui secoue le Front Commun pour le Congo, Modeste Bahati a confié à la presse que ses camarades politiques lui ont renouvelé leur confiance, à une écrasante majorité, et pris acte de l'exclusion de leur regroupement politique de la famille politique de l'ancien Chef de l'Etat.

Compte tenu de ce qui précède, l'AFDC-A a automatiquement pris son autonomie vis-à-vis du FCC mais aussi des institutions de la République et de la Société civile. Bahati et ses partisans dénoncent, au passage, les méthodes de gestion et de fonctionnement du FCC fondées sur la haine, la jalousie, les règlements de compte et la pensée unique.

Comme on s'y attendait, la candidature de Modeste Bahati à la présidence du futur bureau du Sénat a été confirmée avec force.

Dans la foulée de l'émergence de l'AFDC-A comme plate-forme affranchie de la tutelle du Front Commun pour le Congo, le bureau de son Groupe Parlementaire vient d'être restructuré et placé sous la présidence d'Adèle Kalinda.

Par ailleurs, une mise en garde sévère a été lancée aux députés nationaux et sénateurs frondeurs pour qu'ils fassent amende honorable avant que des mesures disciplinaires ne tombent sur eux.

Mais, de leur côté, les « rebelles » ont entériné la suspension de Bahati du FCC et décidé de procéder à son remplacement comme représentant de l'AFDC-A au sein de la famille politique de l'ancien Chef de l'Etat. Dans le contexte actuel, on se retrouve avec deux ailes AFDC-A, l'une attachée à Bahati et l'autre à Joseph Kabila. Les jours et semaines à venir vont certainement permettre une clarification de la situation. Kimp

Déclaration de la Conférence des présidents des partis et personnalités politiques élargie aux sénateurs, députés nationaux et députés provinciaux du regroupement politique AFDC-A

Réunie ce mercredi 10 juillet 2019, à l'Hôtel Meriba, à Kinshasa, la Conférence des Présidents des Partis et Personnalités Politiques du Regroupement politique AFDC-A, a examiné la situation politique de l'heure.

A l'issue de cette réunion, après débats et délibération, le Regroupement Politique AFDC-A en Conférence des Présidents des Partis et Personnalités Politiques fait la déclaration ci-après :

1. Dénonce le climat de haine, d'animosité et les règlements des comptes devenus un mode de gestion au sein du FCC ;

2. Renouvelle sa confiance au Président et Autorité Morale du Regroupement Politique AFDC-A, l'Honorable Sénateur Modeste Bahati Lukwebo ;

3. Note que la Conférence des Présidents des Partis et Personnalités Politiques demeure l'unique organe compétent habilité à engager l'AFDC-A et ce, par la personne de son Président et Autorité Morale, l'Honorable Sénateur Modeste Bahati Lukwebo. En conséquence, elle fait observer que la déclaration faite en date du 05 juillet 2019 par un groupuscule d'élus et de non élus de notre regroupement, ne peut engager l'ADFC-A ;

4. Invite particulièrement les députés nationaux à examiner scrupuleusement les dispositions pertinentes des articles 110 in fine de la Constitution et 95 du règlement intérieur de l'Assemblée Nationale ;

5. Met en garde tous ceux qui tentent de débaucher en son sein car ils n'auront ni légitimité ni légalité, pour engager notre regroupement. L'AFDC-A reste une et indivisible ;

6. Invite son Groupe parlementaire à l'Assemblée Nationale à reconstituer son bureau ;

7. Confirme la déclaration de la Conférence des Présidents des Partis et Personnalités Politiques élargie aux sénateurs, députés nationaux et députés provinciaux de l'AFDC-A faite en date du 02 juillet 2019, par laquelle le Président et Autorité Morale du regroupement politique AFDC-A, l'Honorable Sénateur Bahati Lukwebo, a été investi en qualité de candidat au poste de Président du Sénat ;

8. Rappelle ici qu'à l'issue du scrutin combiné du 30 décembre 2016, l'AFDC-A demeure une de deux organisations politiques ayant franchi le seuil de 1.000.000 des suffrages exprimés en sa faveur soit exactement 1.243.258. Ceci traduit la confiance de la population congolaise à l'AFDC-A et à son Président. Avec cette confiance de la population, l'AFDC-A mérite de diriger l'institution Sénat ;

9. Fait remarquer qu'à la suite du communiqué suspendant son Président et Autorité Morale de la Conférence des Présidents des regroupements du FCC, la Conférence des Présidents des Partis et personnalités Politiques signale que c"est l'AFDC-A qui est membre du FCC et non son Autorité Morale. De ce fait, seule cette dernière engage ses membres au sein d'autres instances et n'enverra personne au FCC quant à ce ;

10. Prend acte de cette suspension et annonce que le Regroupement Politique AFDC-A reprend son autonomie totale vis-à-vis des institutions de la République, des Associations de la Société Civile ainsi que d'autres regroupements et partis politiques.

Fait à Kinshasa, le 10 juillet 2019

Pour la Conférence des Présidents des Partis et Personnalités Politiques élargie aux Sénateurs, Députés Nationaux et Députés Provinciaux du Regroupement Politique AFDC-A, dont liste en annexe.

Le Rapporteur,

Prof. Musungayi Bambale Remy 6

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.