Cote d'Ivoire: Bouaké - Tuo Fozié en guerre contre l'incivisme sur les routes

10 Juillet 2019

Le premier responsable de l'administration régionale veut mettre fin au désordre au niveau de la circulation routière.

Le préfet de la région de Gbêkê, préfet du département de Bouaké, Tuo Fozié, est plus que jamais engagé à éradiquer l'incivisme. Après trois mois de sensibilisation qui a consisté à échanger avec toutes les couches socio-professionnelles de Bouaké sur l'incivisme dans la circulation routière, entre autres, le non-respect du port du casque par les conducteurs d'engins à deux et trois roues, le non-respect des feux tricolores, les rodéos organisés pendant les cortèges de mariage, cette lutte est passée depuis le 1er juillet, à la phase de répression.

C'est pour faire le point de cette opération que Tuo Fozié, entouré de ses plus proches collaborateurs et surtout des grands commandements des Forces de défense et de sécurité de la région de Gbêkê, a rencontré, le mardi 09 juillet, les hommes et les femmes de médias.

Selon le préfet de la région de Gbêkê, l'opération engage sur le terrain toutes les forces, à savoir, la police, la gendarmerie et les militaires. Elle n'a pour seul objectif, précise Tuo Fozié, que de faire comprendre aux usagers des engins à deux roues qu'il y a un minimum de précautions à prendre non seulement pour leur sécurité, mais aussi pour celle des autres.

« Il y a les pièces afférentes des engins qu'il faut avoir, le port du casque, le respect des feux tricolores », a-t-il souligné. Et d'ajouter : « C'est vrai que lorsque nous prenons un usager en faute dans la circulation, nous n'allons pas lui demander, séance tenante, d'aller se procurer toutes les pièces. Il ne pourra pas supporter financièrement », a-t-il assuré. « En collaboration avec la direction régionale des Transports qui est associée à cette opération, nous allons évaluer les pièces essentielles que l'usager doit posséder avant de pouvoir retirer son engin qui a été mis en fourrière par les agents », a-t-il réitéré.

A un confrère qui voulait savoir si les cortèges des mariages sont concernés par cette opération, le conférencier lui a répondu en ces termes : « Nous allons lutter contre toutes les formes d'incivisme constatées dans la circulation routière ».

Tuo Fozié interpelle un chauffeur de « Massa »

Tuo Fozié et les grands commandements des forces de défense et de sécurité se sont ensuite rendus, avec les journalistes, au feu du carrefour de la Cité olympique d'Ahougnanssou où étaient postées les forces de l'ordre commises à cette opération. Des usagers à deux roues, sans casque, ont été interpellés et d'autres pour cause de surcharge. Leurs engins ont été mis en fourrière à la préfecture de police.

Entretemps, Tuo Fozié a pris, lui-même, en chasse un véhicule de transport, communément appelé « Massa », dont le chauffeur venait de « griller » le feu rouge. Il l'a interpellé au niveau du campus 2 de l'université Alassane Ouattara et lui a retiré son permis de conduire. Répondant au nom de Kamagaté Idrissa, le chauffeur du « Massa » qui se rendait à Tiéningboué, a reconnu avoir commis la faute.

Faisant le point, après ces quelques jours de répression, Maxime Mobio, préfet de police de Bouaké, a révélé qu'il y a plus de 300 motocyclettes qui ont été saisies et mises en fourrière.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.