11 Juillet 2019

Ile Maurice: L'art de se voiler la face

Nous avons vu récemment dans la presse, un quelconque responsable du tourisme, imputer aux avions en retard, la baisse du nombre d'arrivées de touristes. Nous n'allons bien sûr pas nous apesantir sur la fragilité (pour rester poli) de cet argument, mais cherchons plutôt les vraies raisons qui pousseraient les touristes à ne plus nous fréquenter.

Notre pays est un des détenteurs du record mondial du nombre de tués sur les routes ; proportionnellement aux nombres d'habitants et de voitures bien sûr. Si vous êtes un touriste potentiel et que vous avez cette information dans votre pays d'origine, ceci pourrait-il influencer votre choix de destination ? Surement !

Vous iriez en vacances vous, dans un pays ravagé par la drogue ? Où le nombre de drogués par nombre d'habitants est un des plus élevés au monde ? Où la criminalité associée est en hausse vertigineuse ? Moi non !

Si vous êtes un potentiel touriste allemand et que vous avez lu dans votre presse locale qu'une jeune compatriote de 20 ans a été violée près du cimetière de Cap Malheureux et que son agresseur a écopé d'une peine de prison de six mois seulement, seriez-vous enclin à réserver un séjour dans notre ile ? Peut-être pas !

Si dans votre pub en Irlande vous avez vu à la télé et dans la presse qu'une compatriote s'est fait assassiner dans son hôtel cinq étoiles, et que son assassin court toujours, allez-vous tout de suite cliquer "confirm" sur Booking.com ? Voyons, voyons !

Si vous êtes sud-africain ou russe et que vous savez que des familles de vos compatriotes se sont faits, dans leur maison de location, séquestrer violenter, bâillonner et détrousser, allez-vous réserver sans arrière-pensée le même type de séjour ? Il faudrait être fou !

Si vos compatriotes font partie des centaines de touristes qui se sont fait kidnapper, attaquer, dévaliser, arnaquer, allez-vous quand même mettre ces considérations de côté ? A voir !

Pour étayer ces dires, il serait intéressant que la Police publie les chiffres réels des "incidents" survenus aux touristes. Nous serions surpris !

Les actions boursières des compagnies hôtelières sont au plus bas. Et ce sont surement les avions en retard qui sont en la cause ! Les faits ci-dessus auraient-ils un petit rôle à jouer dans cette baisse ? Arrêtons enfin de nous voiler la face.

Il est vrai que les grands groupes hôteliers doivent peut-être se réinventer. La jet set des super riches a depuis longtemps déserté nos palaces. Il est vrai aussi que les clients "trois étoiles " choisissent de de plus en plus d'aller "chez l'habitant" pour un tourisme plus près des gens, plus près de leur quotidien, plus "authentique". Mais eux aussi nous désertent ! A quoi sont-ils confrontés ? Aux furoncles urbains du style La Croisette, aux verrues architecturales en béton qui croissent partout à grande vitesse, aux supermarchés géants, aux centres commerciaux démesurés et bruyants, à la discourtoisie et l'agressivité des chauffeurs dans le pays du "Hit and Run" et du pays qui a fait du vol une institution, à la saleté de nos rues, de nos plages, de nos champs, aux chauffeurs de bus kamikazes, aux routes et autoroutes défigurées par des panneaux publicitaires géants, au bruit infernal des motocyclettes à échappement libre qui à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit vous assaille. Appelez la Police à ce sujet et voyez (non ! Ne voyez pas !) le résultat. Et à tous ces touristes, on a vendu des cocotiers, de la tranquillité et des plages propres. Quelqu'un se serait il fait arnaquer quelque part dans cette histoire ?

Maurice a eu la chance et l'intelligence - on pense aux grands groupes hôteliers NMH, SUN - d être parmi les premiers à offrir aux européens un tourisme exotique et lointain de qualité. Nous avons longtemps surfé sur cette vague. Ça, c'était bien avant internet ! Maintenant ce n'est plus pareil ! D'un clic, des dizaines et des dizaines de destinations bien plus exotiques, moins encombrées, plus propres, plus secrètes, plus calmes, des plages bien plus belles, sont instantanément disponibles.

La gentillesse proverbiale des mauriciens (ceux qui ne vous arnaquent pas) n'est plus suffisante. Le service de qualité dans les hôtels n'est plus suffisant. Le touriste veut un pays propre. Au propre comme au figuré ! Un pays où il se sent en sécurité ; où il n'est agressé ni par les gens, ni par le bruit, ni par la saleté.

J'avais récemment un ami étranger à la maison. Il était effaré, en lisant la presse, de la violence de la rubrique "faits divers" : vieilles personnes assassinées, enfants maltraités, abandonnés, même tués, attaques au sabre, meurtres sous influence de drogues. Et on ne parle même pas des politiciens corrompus, des policiers trafiquants de drogue, des avocats véreux etc. " Dans mon pays de 60 millions d'habitants" me dit-il," la moitié de ce que je lis ici aurait fait les grands titres de la presse et surement fait tomber des élus locaux, des chefs de police ou des membres du gouvernement ". Mais ici chez nous, cette VIOLENCE ORDINAIRE fait partie de nous. On ne la voie plus, on ne l'entend plus. Elle est là. On ne s'en offusque plus. Elle nous blesse quelques minutes et on passe à autre chose. La voix de ceux qui protestent est vite étouffée par le quotidien ordinaire. Protester ? A quoi bon ? Cela servira-t-il à quelque chose ? On l'accepte. Honte à nous ! Oui, honte à nous, mais surtout honte aux fatras gouvernementaux qui ont le pouvoir de changer les choses mais qui par paresse, incompétence ou lâcheté, préfèrent plutôt s'accrocher à leurs fauteuils ministériels comme des moules sur leurs rochers. Quelle sourde colère peut monter en nous quand nous pensons à ce gâchis qu'est devenu notre ile. L'indiscipline généralisée sera bientôt reine et rétablir enfin la loi et l'ordre qui ont depuis longtemps disparus, sera de plus en plus difficile. Honte à eux ! Et l'exemple venant d'en haut, nous sommes, comme on dit, mal barrés.

Les touristes voient et ressentent cette violence et cette indiscipline ! Mais eux ne l'acceptent pas. Et l'on s'étonne que le nombre d'arrivées touristiques baisse ? Et l'on veut que les touristes reviennent ?

Arrête rêver camarade !

Réveillons-nous avant qu'il ne soit trop tard.

Ile Maurice

Le PPS Aliphon giflé - «Je croyais que c'était un voleur», dit l'automobiliste

Soupçonne d'avoir giflé le Private Parliament Secretary (PPS) Alain Aliphon, un habitant de La-Tour-… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.