Gabon: Allemagne - Révision du Protocole du 11 juillet 1962 sur les Rapports de Navigation Maritime et Aérienne

11 Juillet 2019

Dans le cadre d'une Commission de travail entre le Gabon et l'Allemagne, Libreville abrite depuis le 9 juillet dernier, les travaux de révision de coopération maritime entre les deux parties. Cette rencontre s'inscrit dans une vision réformatrice commune dans un secteur dont les activités impactent sur le développement d'un pays.

Les travaux qui prendront fin le 12 juillet prochain aborderont également les questions de renforcement des capacités des agents Gabonais.

C'est en l'absence du ministre des Affaires Étrangères du Gabon empêché, qu'ont débuté les travaux de cette vaste commission. Lors de la cérémonie protocolaire, Aminatou Ndong Nze, Directeur général adjoint du droit de la Mer, et présidente du comité d'organisation a indiqué que cette rencontre était l'aboutissement d'un processus entamé en 2017 auprès de la République Fédérale d'Allemagne « qui possède une expérience avérée dans le domaine maritime, afin de bénéficier des séminaires de formation en vue du renforcement de capacité des agents intervenant dans le domaine maritime ».

Un avis favorable de la partie allemande a permis donc de rendre ces travaux de Libreville possible. Elle compte en effet mettre à profit cet échange d'expérience pour procéder à la révision du Protocole du 11 juillet 1962 sur les Rapports de Navigation Maritime et Aérienne entre les deux Etats. Pour Aminatou Ndong Nze, « la révision de cet accord mettrzit en exergue les relations maritimes dans une perspective de modernité incluant notamment les centres de logistiques et les installations portuaires ».

C'est dans cette optique que plusieurs autres services liés prennent part à ces assises, notamment, la Direction générale des Pêches et de l'Aquaculture (DGPA), la Direction Générale de l'Environnement et de la Protection de la Nature (DGEPN), la Direction Générale de la Marine Marchande (DGMM) et l'Office des Ports et Rades du Gabon (OPRAG). Par ailleurs, la délégation allemande composée de sept (7) experts et conduite par son Directeur générale Reinhard Klingen entend tout mettre en œuvre pour aider le Gabon à moderniser ce domaine aux portées multiples.

« Dans un premier temps, il y aura une assistance technique. Mais nous allons commencer par les formations du personnel. Parce qu'il est important de comprendre l'ensemble des lois qui régissent le secteur du point vue industriel, du point de vue administratif. Ensuite nous avons une délégation avec nous qui sont des experts dans les domaines techniques. Par exemple dans le secteur du secourisme, les incendies en milieu maritime, dans les bateaux et dans la loi relative au secteur maritime », a expliqué Reinhard Klingen.

Dans son mot d'ouverture, Nanette Longa Makinda le Ministre Délégué aux Affaires Etrangères a déclaré que ces travaux avaient un double objectif : réviser le Protocole et poser les jalons d'une coopération en matière de formation dans divers secteurs du domaine maritime. Car pour le Ministre Délégué, « le développement du secteur maritime et la gestion durable des écosystèmes aquatiques, le développement des aires protégées dans les eaux continentales et les espaces marins, ainsi que la modernisation des infrastructures portuaires sont considérés comme des axes majeurs des ambitions définies par le Président de la République Gabonaise ».

L'Allemagne est la première puissance économique de l'Union Européenne. Sa position géographique (frontalier de la mer du Nord et de la mer Baltique), l'Allemagne met en œuvre une stratégie d'accroissement de sa puissance par le commerce maritime.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.