11 Juillet 2019

Burkina Faso: La prorogation de l'état d'urgence votée - La cohésion est de rigueur, même si...

Photo: Sidwaya
Assemblée nationale

Le projet de loi portant prorogation de l'Etat d'urgence proposé par le gouvernement a été voté à l'unanimité par la 3e session spéciale, qui a clos ses portes hier jeudi 11 juillet 2019 à l'Assemblée nationale.

Si la mobilisation pour la reconduction de l'Etat d'urgence a été, une fois de plus, au rendez-vous, il n'empêche que de nombreuses voix se sont interrogées sur les résultats engrangés depuis que la mesure a été instaurée dans les régions en proie à l'insécurité.

A partir du 13 juillet 2019 à zéro heure et ce, pendant six mois, l'etat d'urgence sera de nouveau en vigueur dans les 14 provinces réparties dans 6 régions du Burkina Faso. Il s'agit en fait d'une prolongation puisque la même mesure avait été reconduite et devait cesser de produire ses effets le 12 juillet à vingt-quatre heures.

En rappel, un article de la loi, qui date de 1959, précise que « l'état d'urgence peut-être déclaré soit en cas de péril imminent résultant d'atteinte grave à l'ordre public, soit en cas d'événements présentant par leur nature et leur gravité le caractère de calamité publique». Cela fait en effet la 3e fois que cette mesure est votée dans un pays en proie aux attaques terroristes depuis 2015.

Durant les débats et avant que le projet ne soit soumis au vote, des députés, notamment ceux de l'opposition, ont regretté l'absence du ministre de la Défense, et de celui de la Sécurité pour répondre aux questions des parlementaires, le gouvernement ayant seulement mandaté le ministre de la Justice, Réné Bagoro, pour être face aux parlementaires.

A écouter la ligne de défense suivante du représentant gouvernemental, il n'y aurait pas de quoi fouetter un chat : « En ma qualité de membre du Conseil supérieur de la Défense nationale, je suis aussi informé ; et il n'est pas sûr que si le ministre de la Défense était présent, il donnerait plus d'informations que celles que je vous ai données...

Nous ne pouvons pas étaler sur la place publique et dans tous les détails des informations aussi sensibles. Si on était interpellé par l'Assemblée nationale dans un cadre plus restreint, nous pouvions mieux démontrer qu'il y a eu des résultats ».

Des différentes interventions, la plus poignante a été celle d'un député du Sahel, par ailleurs maire de Dori, Aziz Diallo.

Il est revenu sur la situation sécuritaire, très précaire dans sa région, en prenant surtout l'exemple des communes de Gorgadji et d'Arbinda qui sont devenues des contrées totalement abandonnées par l'Etat et les Forces de défense et de sécurité.

« A l'Est, on installe des détachements partout et nous, nous sommes abandonnés à notre propre sort. Pourquoi cette disparité ? », s'est-il demandé. Avouons qu'après son intervention, l'atmosphère était pesante.

Mieux, le député Yaya Zoungrana, pour sa part, a qualifié les résultats militaires engrangés pendant l'état d'urgence de vagues et de très légers, et a surtout interpellé le gouvernement sur la situation au Centre-Nord, avec les centaines de milliers de déplacés.

Le parlementaire Zilma ira plus loin, avant d'être recadré, quand il fera cette sortie : «On s'en fout des patrouilles... Ce sont les résultats qui comptent».

En savoir plus

L'Etat d'urgence prolongée de six mois

L'Assemblée nationale a adopté, à l'unanimité, le jeudi 11 juillet 2019, la loi portant… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.