Congo-Brazzaville: Utilisation du DTMS - La Fécofoot se met à jour

Le système de régularisation de transferts nationaux de la Fédération internationale de football association (Fifa) va bientôt être disponible au Congo. Les bases de sa mise en application ont été posées, le 11 juillet, par deux expertes de cette institution.

Dina Ameti et Sandra Matthey ont dispensé, au nouveau siège de la Fédération congolaise de football (Fécofoot) à Brazzaville, une formation dans le but de préparer les clubs congolais à l'utilisation de Domestic transfer matching system (DTMS). Le DTMS est la traduction anglaise du système de régularisation de transferts nationaux qui n'est autre qu'une variante du système de régularisation de transferts internationaux (ITMS) que le Congo utilise déjà, a reconnu Dina Ameti, coordonnatrice de formation et soutien à la Fifa.

A l'image de l'ITMS, c'est une plate-forme obligatoire conçue exclusivement par la Fifa pour ses associations membres et leurs clubs affiliés. Le but étant cette fois-ci d'améliorer la gestion de ces transferts nationaux et de fournir des données fiables relatives au joueur. C'est un canal qui assure une véritable interconnexion entre les clubs d'un même pays en vue d'une meilleure traçabilité.

La formation permet aux secrétaires généraux des clubs de la Ligue 1 de maîtriser le système d'informatique en ligne pour simplifier le processus de transferts des joueurs entre les clubs au niveau national. Le système en lui-même vise l'augmentation de la transparence et l'amélioration de la crédibilité. Grâce à cette nouvelle technologie, la Fécofoot et les clubs doivent gérer les activités de transferts au niveau national, genérer les statistiques et rapports, accélérer les procédures et stocker en ligne les documents requis en toute sécurité.

La mise en place du DTMS, une recommandation de la Fifa

« Le DTMS, c'est la même chose que l'ITMS que le Congo utilise déjà. C'est pour les transferts nationaux entre les clubs congolais. Par rapport à leur importance, je pense que cela va aider le Congo à augmenter la transparence en termes des transferts nationaux. Car tous les clubs qui vont transférer les joueurs vont pouvoir l'utiliser. Ce sera à la Fécofoot de definir quel club doit l'utiliser et quelle ligue pour commencer », a commenté Dina Ameti.

Sandra Matthey, conseillère juridique à TMS conformity, a rappelé que sa mise en application est une recommandation de la Fifa. En effet, à travers une récente circulaire, l'instance mondiale du football a fait obligation à toutes les associations affiliées d'adopter un système électronique de transferts nationaux. Selon Sandra Matthey, les participants ayant pris part à cette formation seront des formateurs dans leurs clubs respectifs. « C'est une belle initiative de la Fécofoot d'adopter le DTMS. On vient pour former les clubs et les associations. C'est bien parce que cela montre qu'ils suivent les exigences de la Fifa. Ils sont dans les délais selon nos exigences. La circulaire a été envoyée la semaine passée seulement. Nous comptons sur leur collaboration et aussi dans le futur, ils peuvent s'entraider et former des nouveaux utilisateurs », a-t-elle souhaité

Médard Moussodia, au nom de la Fécofoot, a souhaité que les bénéficiaires exploitent à bon escient les enseignements reçus des deux déléguées de la Fifa. « Les sportifs congolais sont heureux de recevoir les enseignements venant de vous. Nous sommes convaincus que cela permettra à notre football d'avancer, notamment dans le domaine du secrétariat de qualification. Nous pensons que cette occasion est élogieuse pour prendre les cours nécessaires, les dispenser et les mettre à bon escient pour le fonctionnement de notre football », a-t-il indiqué.

Notons que la Fifa a responsabilisé chaque association membre de désigner un employé en charge de gérer les transferts nationaux. En tant qu'extension de l'ITMS, le système DTMS permet aussi à la fédération de traiter ses transferts nationaux et internationaux sur la même plate-forme.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.