Sénégal: Mbirekelane et Malém Hodar vont bénéficier du Promovilles (ministre)

Kaffrine — Le ministre du Développement communautaire, de l'Equité sociale et territoriale, Mansour Faye, s'est engagé jeudi, à faire bénéficier les communes de Mbirekemane et Malém Hodar (Kaffrine, centre) du Programme de modernisation des villes (Promovilles).

"Le projet Promovilles avait prévu d'intervenir dans l'immédiat au niveau des capitales départementales de Kaffrine (6 km de voieries) et Koungheul (6 km).

Nous avons donné des instructions pour que les localités de Mbirekelane et de Malém Hodar en tant que chefs-lieux de département soient prises en compte dans les études afin qu'elles puissent bénéficier des programmes de promovilles", a-t-il dit.

Le ministre présidait un Comité régional de développement (CRD) spécial consacré à l'évaluation des programmes de développement exécutés dans cette région du centre du Sénégal, en présence du gouverneur Jean Baptiste Coly, du secrétaire d'Etat en charge du réseau ferroviaire, Mayacine Camara.

Des maires, des députés, des coordonnateurs de programmes et des autorités administratives ont également pris part à la rencontre.

"Nous sommes dans une dynamique d'équité territoriale et d'équité sociale. Donc, il faudrait que l'ensemble de ces localités qui sont des centres urbains assez importants puissent dans la même mesure que les autres localités bénéficier des programmes déroulés du ministère du Développement communautaire à travers le PUDC, le PUMA ou Promo villes", a indiqué Mansour Faye.

Il a souligné que "le président de République à travers ses programmes d'équité territoriale et sociale veut apporter des solutions par rapport aux préoccupations des populations".

La nouveauté, a-t-il expliqué, "c'est le rassemblement de l'ensemble de ces programmes autour du ministère du Développement communautaire, de l'Equité sociale et territoriale".

"Nous mettrons dans une dynamique d'approche intégrée en synergie avec l'ensemble des institutions réalisées non seulement par le ministère du Développement communautaire mais aussi par les autres ministères sectoriels pour atteindre les résultats et emmener le développement à partir de la base", a-t-il fait valoir.

Selon lui, la région de Kaffrine intégrée avec la région de Kaolack constitue le bassin agricole. "Il y a une activité importante d'agriculture à Kaffrine", a-t-il fait remarquer.

"Nous allons accompagner ces ménages de Kaffrine pour qu'ils puissent davantage exercer les activités génératrices de revenus à travers les fermes", a promis le ministre, indiquant qu'il faudrait toutefois que l'eau soit disponible dans le Ndoucoumane.

"Kaffrine est une région riche en termes d'agriculture et d'élevage. Et, nous allons en fonction de ses spécificités apporter l'assistance nécessaire à travers la base pour que la région puisse se développer", a encore dit Mansour Faye.

Il a relevé des "problèmes d'enclavement dans certaines communes de la région de Kaffrine", assurant que "le PUDC va apporter certaines réponses par rapport à cette question de même que le PUMA qui va concentrer ses actions au niveau de 13 localités frontalières de cette région".

Le ministre du Développement communautaire a indiqué qu'un accent sera mis sur la qualité des infrastructures, constatant qu'à travers les pistes réalisées dans cette région du centre, "la durée de vie de ces ouvrages n'est pas assez longue".

"Nous allons essayer de voir comment améliorer la qualité des pistes de production réalisées à Kaffrine. Quand on réalise une piste, il faudrait qu'elle puisse durer au minimum 10 ans", a soutenu Mansour Faye.

Selon lui, ce CRD spécial a permis de discuter sur la mise en œuvre à travers cette approche intégrée du développement communautaire de l'ensemble des politiques publiques à travers son ministère pour apporter des réponses concrètes aux sollicitations des populations de Kaffrine.

Il a également permis de passer en revue les projets et programmes relevant du ministère du Développement communautaire, notamment le programme d'urgence de développement (PUDC), l'Agence nationale de la couverture maladie universelle (CMU) et la Délégation générale de la protection sociale et de la solidarité nationale (DGPSSN).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.