11 Juillet 2019

Burkina Faso: Sibiri Ouattara, chef de village de Logofourousso - « Je n'ai jamais envoyé quelqu'un me représenter lors de la rencontre avec le ministre de l'Urbanisme »

Le jeudi 4 juillet 2019 à Bobo-Dioulasso, le ministère en charge de l'urbanisme annonçait un «consensus» sur le démarrage des travaux du projet de construction de logements sociaux à Logofourousso.

Cet accord semble ne pas faire l'unanimité du côté du chef du village, Sibiri Ouattara et de ses notables. Ce dernier a donné les raisons de son refus sur le site du projet, le jeudi 11 juillet 2019.

Le projet de construction de logements sociaux à Logofourousso , village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso, fait couler actuellement beaucoup d'encre et de salive.

Le jeudi 4 juillet 2019 à Bobo-Dioulasso, le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme annonçait avoir trouvé un consensus pour le futur démarrage des travaux. Le chef du village, Sibiri Ouattara dit ne pas se reconnaitre dans l'accord conclu entre le gouvernement et les propriétaires terriens.

«Je n'ai jamais envoyé quelqu'un me représenter lors de la rencontre avec le ministre en charge de l'urbanisme», a indiqué Sibiri Ouattara, le jeudi 11 juillet 2019, sous l'arbre à palabres du village devant la presse. Selon lui, le projet occupe un lieu dédié au culte du village. La zone existe avec le village depuis la nuit des temps.

«Si on prend la zone, c'est comme si on détruisait le village», a-t-il laissé entendre. Le projet, de son avis, est mal entré à Logofourousso car, aucune concertation préalable n'a eu lieu. Sibiri Ouattara dit ne pas être contre ce projet, mais maintient que le site choisi pose problème.

Au quartier Belleville de Bobo-Dioulasso, il y a des champs qui appartiennent au village. Ainsi, le chef dit avoir proposé ce site appartenant au village qui devait être loti avant l'insurrection populaire de septembre 2014.

La question de savoir s'il n'y a pas une manipulation politique derrière ? Le chef de Logofourousso a réagi en indiquant qu'il n'y a pas de main tapie dans le noir qui manipule qui que ce soit.

«La politique est venue trouver le village. Je ne parle pas de politique ; moi ce qui m'intéresse à la sauvegarde de la tradition », a-t-il affirmé.

Burkina Faso

Décès de 11 gardés à vue - De nouvelles sanctions contre des responsables de la police

C'est ainsi qu'au titre des mesures conservatoires, Néné Ami Ouédraogo/Traoré, commissaire… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.